Russie / Censure

Le Bolchoï remet à l'affiche le ballet sur Noureev annulé en juillet

Reuters
Commentaires

Le théâtre moscovite du Bolchoï a annoncé vendredi pour décembre la première, annulée à la dernière minute en juillet, d'un ballet consacré au danseur soviétique Rudolf Noureev, mis en scène par Kirill Serebrennikov qui est poursuivi pour détournement de fonds.

La première très attendue de ce ballet aura lieu les 9 et 10 décembre, selon le site du Bolchoï, qui a indiqué que le spectacle était interdit aux moins de 18 ans.

La première de « Noureev », consacré au danseur étoile soviétique passé à l'ouest et réfugié en 1961 en France où il est mort du sida en 1993, devait avoir lieu le 11 juillet. Mais le théâtre moscovite avait annoncé trois jours avant son report, à la surprise générale. Beaucoup avaient alors avancé que le directeur général Vladimir Ourine avait cédé aux pressions des autorités, hostiles au ballet qui montre des danseurs nus ou travestis et évoque l'homosexualité de Noureev. De son côté, Vladimir Ourine avait assuré que le spectacle n'était tout simplement pas prêt.

Directeur artistique du Centre Gogol, un théâtre contemporain moscovite réputé, Kirill Serebrennikov a été assigné à résidence jusqu'au 19 octobre et ne pourra donc pas se rendre aux répétitions du ballet. Son chorégraphe Youri Possokhov prendra la relève, a déclaré Vladimir Ourine, cité par l'agence de presse TASS. Kirill Serebrennikov est connu pour ses mises en scène sulfureuses, abordant des thèmes comme la politique, la religion ou la sexualité, et régulièrement critiquées des activistes orthodoxes ou des autorités. Celle de « Noureev » ne devrait pas faire exception.

Le journal russe Kommersant avait qualifié la première annulée de ce ballet comme le « principal événement de la saison du ballet en Russie et peut-être dans le monde ». Malgré l'assignation à résidence de Kirill Serebrennikov, la première de son nouveau spectacle, une adaptation des « Petites tragédies » d'Alexandre Pouchkine, a eu lieu mi-septembre au Centre Gogol. Les prochaines représentations, en octobre, se jouent à guichets fermés.