Jusqu’au 30 septembre

«The History of Sexuality»

André-Constantin Passiour
Commentaires
untitled

Si vous êtes le moindrement dans le milieu du fétichisme LGBT, alors vous avez déjà entendu parler de Dane Stewart, ou le 1er à porter le titre de «Pup Montréal 2016» ! Mais Dane Stewart a aussi rédigé sa thèse de maîtrise à l’Université Concordia autour de l’histoire de la sexualité et de l’homosexualité en particulier. De cette thèse est née cette pièce de théâtre présentée jusqu’au 30 septembre au MainLine Theatre et intitulée «The History of Sexuality».

«Nous avons concocté cette pièce de théâtre avec dans l’esprit de présenter la sexualité et l’aspect queer de manière la plus honnête et la plus intrinsèquement humaine que possible. J’ai écrit cette pièce à partir d’entrevues avec de vraies personnes au sujet de leurs expériences. Ce n’est nullement du sensationnalisme, mais c’est plutôt la présentation d’une intimité queer comme quelque chose de réel et de radical», évoque Dane Stewart.

La sexualité est toujours imbriquée dans des structures et des systèmes de pouvoir. Cette nouvelle pièce de Dane Stewart offre une vision honnête et radicalement intime du pouvoir et de la sexualité selon une perspective queer. Ici, au cours d’un séminaire, cinq étudiants en maîtrise étudient l’œuvre du philosophe révolutionnaire qu’est Michel Foucault. Ils argumentent sur les enjeux entourant la sexualité, le genre, l’oppression et la libre pensée, les théories commencent à voler en éclats alors que leurs propres vies sont ainsi exposées. Les diverses complexités de la sexualité de ces personnages entrent en conflit avec les éléments que sont le kink, le BDSM, le genre, le travail du sexe, etc.

Sous le poids de la pression et de l’anxiété, Alissa et Madeleine voient leur relation menacée. De leur côté, Talia et Darr vivent les aspects positifs et négatifs de leur travail du sexe alors que leurs expériences les mènent vers une meilleure estime de soi et, à la fois, nourrissent la violence. Le partenariat polyamoureux dominant/soumis de Craig et Martin met en évidence leur relation de pouvoir BDSM (sadomasochisme et bondage). Entre tout cela, il y a la professeure Marie Dupont dont les lectures capitales à propos du pouvoir et de la vérité commencent à briser les vies de ses étudiants.

«Je n’ai été véritablement confortable avec mon identité sexuelle qu’à partir du moment où j’ai laissé ma petite ville de la Nouvelle-Écosse pour Montréal, il y a huit ans de cela, poursuit Dane Stewart. À bien des égards, cette pièce représente un chant d’amour envers cette ville qui m’a tellement appris sur moi-même. Un chant formé des voix de tant de Montréalais qui m’ont montré la beauté d’exprimer et de célébrer la différence. Je crois fermement que ces histoires sincères de vulnérabilité ont le potentiel de changer l’opinion publique. Cette pièce présente l’intimité queer telle que plusieurs d’entre nous l’expérimentons dans cette ville.»

 «Très honnêtement, je dois beaucoup aux gens impliqués dans les communautés kink, cuir et de jeux de puppy humains de Montréal, c’est grâce à eux que ce projet a pu voir le jour. C’est à travers leur grande ouverture et leur partage du savoir que j’ai appris les nuances et la complexité de la sexualité que je connais à présent. Oui, explorer la sexualité peut être inquiétant par moments, mais j’ai eu le privilège d’explorer ma propre sexualité avec l’appui d’un réseau lié par l’éthique de l’amour», de commenter le créateur de cette pièce.

MainLine Theatre

3997, boul. Saint-Laurent, Montréal. Billets : entre 12$ et 20$.
Réservations : 514-849-3378 ou www.mainlinetheatre.ca.