Sid Lee Architecture

Le nouveau Fairmont Le Reine Elizabeth vu par ses concepteurs

Hector Cartier
Commentaires
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
Fairmont Le Reine  Elizabeth
Photo prise par © Stéphane Brugger
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth
  • Fairmont Le Reine  Elizabeth

Quelques semaines après la remise en opération de l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, Sid Lee Architecture présente les initiatives d’architecture et de design ayant permis de concrétiser la transformation de l’hôtel. 


 
En collaboration avec Ivanhoé Cambridge et Hôtels Fairmont, Sid Lee Architecture a développé la vision du repositionnement de l’hôtel et a idéalisé les concepts en architecture et en design d’intérieur. Le projet a été réalisé par Sid Lee Architecture | Architecture49, architectes en consortium et Pomerleau.
 
« Nous avons conçu la nouvelle expérience hôtelière avec une vision très holistique», explique Jean Pelland, architecte, associé principal, Sid Lee Architecture. «L’établissement s’ouvre littéralement sur la ville pour accueillir les populations riveraines. Il se réaffirme plus largement comme équipement urbain, au service des clientèles locales et internationales. C’est un tiers-lieu dans lequel les gens peuvent aller tous les jours, tant pour mener des affaires, participer à des évènements, ou se divertir. »
 
Inauguré en 1958, l’hôtel a été construit à l’origine comme l’une des plus grandes institutions hôtelières modernes au monde et demeure le plus grand hôtel canadien à l’est de Toronto. Le Reine Elizabeth est un exemple de ce que la perfection en hôtellerie signifiait au tournant des années 60. De style international, l’hôtel est au centre des grands travaux d’infrastructure de la ville et offre une vision de la modernité et du futur centre-ville de Montréal. À l’époque, la bannière de l’hôtel (Hilton) était d’ailleurs associée au transport ferroviaire du Canadien National. Dans les années 60, ses institutions, telles le Beaver Club, rassemblaient politiciens internationaux et gens d’affaires. De grands musiciens tels Oscar Peterson s’y sont produits et la liste des fêtes, bals et évènements prestigieux, auxquels ont participé des chefs d’états, des têtes couronnées et des hommes d’affaires est impressionnante.  
 
Aujourd’hui, l’hôtel rend hommage à son passé en offrant un lieu inspirant et une nouvelle programmation plus en phase avec son caractère montréalais. Le Reine Elizabeth s’ouvre sur la ville, met en valeur ses vues et offre des espaces de vie et de travail qui faciliteront son appropriation par les clientèles locales et internationales.  
 
« Nous avons travaillé avec les standards de la prestigieuse marque Fairmont, afin de concevoir un environnement hôtelier de niveau international dont le style s'inspire de l’histoire et de l'évolution stylistique de l’établissement pour créer une identité unique à cet hôtel», explique Martin Leblanc, architecte, associé principal, Sid Lee Architecture.
 
Les espaces publics au niveau de la rue
La transformation des espaces communs de l’hôtel s’opère tout d’abord en créant plusieurs nouvelles entrées, en ouvrant ses cuisines et ses terrasses, en reliant ses étages avec des escaliers sculpturaux et en baignant les lieux dans un important flux de lumière naturelle. 
 
Fidèle à ses objectifs d’origine, le Grand Hall devient une rue transversale permettant aux Montréalais et aux visiteurs de parcourir ses nouveaux espaces. Le long de cette voie publique, les services commerciaux de l’hôtel ont pignon sur rue et participent à l’animation du centre-ville. Ses espaces réinterprètent librement l’esthétique des années 60 avec une matérialité propre à la marque de l’hôtel.
 
L’Agora est un nouveau type de programmation pour l’hôtel. Cet espace prototype est une place publique intérieure. Elle a pour vocation d’accueillir des évènements festifs à grand déploiement, qui définissent et font rayonner la ville à l’échelle internationale. Son aménagement est une vision de l’avenir, qui rend hommage au futurisme de l’époque. L’espace propose des juxtapositions audacieuses et hétéroclites de petits salons conviviaux, facilement transformables. 
 
Le Marché Artisans, dont l’ouverture est prévue à l’automne 2017, a été développé avec la collaboration de Peter Chase (BPC New York). La programmation du marché vise à ouvrir les portes de la formidable cuisine de l’hôtel, dirigée par le chef exécutif Baptiste Peupion et le chef du marché, Jean-Philippe Desjardins. Il permettra au public de déambuler dans l’espace de production de la cuisine et de voir ses artisans à l’œuvre dans leurs activités quotidiennes. Le design s’inspire des allégories illustrées sur le vitrail d’origine du Beaver Club, créé par Marius Plamondon, pour réinterpréter les traditionnelles cuisines d’été nord-américaines. 
 
Le restaurant Rosélys se veut un bistro moderne chic et accessible. Mélange d’élégance parisienne et du style anglais, le restaurant est d’un sophistiqué pragmatique. Le design s’équilibre entre des traits masculins et féminins : il propose une géométrie franche et équilibrée composée de motifs à chevron et de courbes. La façade et les plafonds d’origine ont été explosés pour permettre une superbe vue sur la Basilique-Cathédrale Marie-Reine-du-Monde et pour donner du coffre et de la présence au grand comptoir central, surplombé de fils de verre. 
 
Le Bar Nacarat a été positionné afin d’offrir un point de vue unique sur l’activité de Montréal et l’Esplanade de Place Ville Marie. Les grandes baies vitrées et la terrasse donnent sur le boulevard René-Lévesque et affirment la vocation de la nouvelle adresse. La faible hauteur des plafonds d’origine a inspiré la création d’un espace très horizontal dans lequel se déploient de multiples zones. Au centre, est construit un immense bar constamment animé par l’activité de mixologues de renom. L’identité développée est unique, elle s’inspire toujours du langage de l’époque, en plus de proposer un mariage de styles entre le glam-rock, la pop et la culture des pubs britanniques.
 
Les espaces d’affaires et les chambres
Au deuxième niveau, étage des congrès, le percement des façades et le décloisonnement des espaces de travail mettent en spectacle les vues du Mont-Royal et inondent les lieux d’une lumière naturelle. Le troisième étage propose un campus d’affaires ultra-moderne avec une multitude de salles de rencontres thématiques. Il profite aussi de la volumétrie existante pour créer un balcon extérieur, donnant sur l’Esplanade de Place Ville Marie.
 
Les chambres Fairmont et les chambres Fairmont Or ont été dessinées par le groupe Design360 de Los Angeles en collaboration avec Hôtels Fairmont et Sid Lee Architecture. La Suite Royale Ville- Marie, la Suite John Lennon & Yoko Ono, site du Bed-in pour la paix et le Salon Fairmont Or ont été dessinés par Sid Lee Architecture. Afin de souligner l’héritage moderniste de l’hôtel, le design puise ses références dans la richesse des styles et des motifs propulsés par la mode des années 60. PAR Cartier Logan
 
sidleearchitecture.com/fr     
fairmont.fr/queen-elizabeth-montreal