Communautaire

Le maire Labeaume s’inquiète du «recul» des droits LGBT+ dans certains pays

Éric Whittom
Commentaires
Michelle Morin-Doyle

À l’occasion de la traditionnelle levée du drapeau arc-en-ciel dans les jardins de l’hôtel de ville de Québec pour souligner la tenue de la Fête Arc-en-ciel de Québec, le maire de Québec, Régis Labeaume, a déploré vivement les événements de la dernière année aux États-Unis et ailleurs dans le monde concernant des personnes de la communauté LGBT+. 

«C’est un petit bilan de l’année qui n’est pas jojo. Certaines personnes au sud [États-Unis] sont en train de faire reculer, à bien des niveaux, certaines valeurs qu’on avait. Au niveau de la communauté [LGBT+], je trouve ça terrible ce qui se passe là-bas. Il semble qu’on n’a plus le droit à la différence. Si vous n’êtes pas un caucasien hétérosexuel, vous n’êtes plus dans le moule. Les décisions qui ont été prises par le Président Trump [l’exclusion des personnes transgenres de l’armée américaine] n’ont aucun sens. [...] On recule, mais énormément. C’est tout à fait rétrograde, réactionnaire et désolant. Il y a aussi certains pays où la 
différence n'est non seulement pas acceptée, mais où tu paies de ta vie, parce que tu es différent. » Il a invité les gens à poursuivre leur militantisme. «Nous serons toujours là. Nous faisons ce que nous pouvons dans notre terrain de jeu. Vous n’avez pas le choix de continuer à militer, parce que ça n’avance pas, mais ça recule.»
 
La Députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, a remercié Régis Labeaume pour son appui. Elle a invité les gens à être solidaires vis-à-vis des autres communautés qui vivent également de la discrimination [notamment les personnes musulmanes et les immigrants]. «La diversité, c’est le droit de s’aimer. S’il y a des gens qui ont vécu la violence de l’extrême-droite, c’est bien la communauté LGBTQ et autres. [...] Je suis très fière du maire de la ville de Québec. C’est un grand message qu’il a envoyé. Nous avons vécu par le passé, et certains les subissent encore, des gestes haineux envers des gens de la communauté. Il faut s'en rappeler pour protéger les autres. Le discours contre la discrimination est universel.» 
 
Le président de l’Alliance Arc-en-ciel de Québec, Jérôme Bergeron, a également invité à la vigilance. «Tous les gens qui vivent dans la différence peuvent s’inquiéter, a-t-il souligné à Fugues. Les gens de la communauté musulmane sont évidemment les plus touchés. Je pense qu’on doit toujours garder l’œil ouvert. Tous les groupes qui portent une cause particulière peuvent être touchés. On ne sait jamais.» Le maire Labeaume a toutefois précisé à que les personnes de la communauté LGBT+ de la région de Québec n’avaient pas à craindre de l’émergence de groupes d’extrême-droite à Québec. «Je n’ai aucun indice. Je ne vois pas de problème.»
 

Une marche en solidaritéaux victimes d’homophobie et de transphobie 

 
De nombreux citoyens de la diversité sexuelle et de genre et leurs 
alliés ont marché, le dimanche après-midi de la Fête Arc-en-ciel de Québec, dans les rues du quartier Saint-Jean-Baptiste et du Vieux-Québec avec une arrivée devant le Parlement de Québec pour appuyer «les personnes victimes d’homophobie et de toutes formes d’intolérance liées à leur orientation sexuelle et leur identité de genre», a précisé à Fugues, Louis-Filip Tremblay, Directeur général de l’Alliance Arc-en-ciel de Québec. Étaient présents notamment le Ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, la cheffe de l’opposition officielle à la ville de Québec, Anne Guérette, et la Députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques et porte-parole de Québec Solidaire, Manon Massé. Au cours du trajet, les marcheurs ont tenu une minute de silence avec le bras levé pour rendre hommage à toutes ces victimes. Devant le Parlement de Québec, les gens qui le souhaitaient ont pris la parole. Le moment le plus touchant a été le témoignage de la mère d’un garçon victime d’intimidations, notamment à l’école et dans les autobus du transport en commun, pour l’appuyer. «Je tiens à dire devant tout le monde que je t’aime comme tu es et que je suis fière de toi», a-t-elle dit à son fils sous un tonnerre d’applaudissements. 
 

Les thérapies de conversion dans la mire de l’AllianceArc-en-ciel de Québec

 

Jérôme Bergeron a rappelé aux gens présents à la levée de drapeau certains des projets en cours à l’Alliance, notamment la création de services dans la région de Charlevoix et un chantier sur les thérapies réparatrices ou de conversion visant les personnes homosexuelles. «Ça existe abondamment aux États-Unis, mais aussi au Canada et au Québec. [...] Actuellement, c’est toujours légal au Québec [d’offrir] des thérapies de conversion. Nous allons essayer de travailler [à faire] cesser ce type de torture psychologique.» 
 

Appui financier à la Fête Arc en ciel renouvellé pour 2018 

 
Le représentant de la Banque TD, Stéphan Bourbonnais, a annoncé le renouvellement du soutien financier de cette entreprise à la Fête Arc-en-ciel de Québec 2018 pour une dixième année consécutive à titre de présentateur officiel. «Si nous sommes ici pour lever le drapeau, c’est évidemment pour démontrer haut et fort notre soutien à la communauté LGBTQ. Pour nous, la richesse d’une société, c’est la diversité. [Cette dernière] fait partie de notre culture, de notre identité.» 
 

Sur la photo... Michelle Morin-Doyle, Maire suppléant, Stéphan Bourbonnais, premier Vice-Président Gestion de patrimoine TD, Agnès Maltais, Députée péquiste de Taschereau, Régis Labeaume, Maire de Québec, et Jérôme Berge-ron, Président de l’Alliance Arc-en-ciel de Québec.