Calgary, Alberta

Une conférence pour soutenir les immigrants LGBT

Collaboration Spéciale
Commentaires

Plus d'une quarantaine d'organismes ont participle en début de semaine à une conférence à Calgary pour discuter des besoins des nouveaux arrivants qui sont gais et transgenres.

Cette conférence a rassemblé des organisations d'aide aux immigrants qui s'installent au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest.

« Non seulement ils doivent s’ajuster et s'intégrer, mais ils ont aussi souvent peur qu’il y ait des stigmates sociaux », explique Anila Lee Yuen, la directrice du Centre de nouveaux arrivants de Calgary, qui a organisé la conférence.

Les organisateurs ont rappelé que les immigrants ne sentent pas toujours à l’aise pour exprimer leur orientation sexuelle, en raison des années de répression dans leur pays natal. « Ils sont souvent traumatisés quand ils arrivent ici », souligne Kelly Ernst, le directeur général de Calgary Outlink.

L’organisme s’est associé au Centre de nouveaux arrivants de Calgary il y a moins d’un an, afin d’offrir du soutien à ces immigrants. Le projet aide les réfugiés à prouver que leur identité sexuelle est une source de discrimination et de persécution en vue de leur demande d’asile. Ils offrent aussi des recommandations pour aider les organismes à être des endroits accueillants pour les immigrants.

Le Centre d’accueil des nouveaux arrivants francophones de Calgary (CANAF) est parmi ces organismes qui sont venus pour apprendre comment mieux offrir leurs services à leurs clients. « On n'a pas tellement d'information sur la façon de les mettre à l'aise pour s'occuper correctement d'eux », explique Holy Linton, une conseillère en intégration au CANAF.

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Ricardo Miranda, était aussi parmi les invités. Il a raconté ce qu'il a vécu, étant membre de la communauté LGBT et réfugié lui-même. « Il y a toujours des réticences de la part de certaines communautés ethniques qui ont des problèmes avec les communautés LGBT », affirme-t-il.

Source : Radio-Canada