Affaires judiciaires

Esteban Torres Wictorff plaide coupable

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le militant qui s'en est pris au premier ministre lors de la veillée en hommage aux victimes d'Orlando a plaidé coupable à une accusation de voies de fait avec un objet non identifié.

Le 16 juin dernier, des milliers de personnes étaient rassemblées autour du parc de l’Espoir lors d’une vigile en l’honneur des 49 victimes de la tuerie d’Orlando, le 12 juin 2016. Une multitude de dignitaires politiques et d’élus étaient présents. Un jeune activiste transgenre du nom de Esteban Torres Wictorff effectue un long discours. À un certain moment, il se retourne vers le premier ministre Philippe Couillard et lui lance un objet non identifié. Le premier ministre, les élus et le maire de Montréal sont alors évacués pendant que M. Torres Wictorff est arrêté par les policiers. Alors que cet événement se voulait pacifique, cela avait créé toute une commotion chez les participants et organisateurs de la vigile. Plusieurs personnes étaient sous le choc, alors que d’autres pleuraient après l’incident.

Esteban Torres Wictorff, 21 ans, s’est présenté le vendredi 6 octobre 2017 devant le juge Daniel Bédard de la Cour du Québec. Accompagné de son avocate, Me Arij Riahi, il a plaidé coupable aux gestes qui lui sont reprochés, soit «d’agression armée». 

M. Torres Wictorff, qui est originaire de la Colombie, a toujours indiqué qu’il avait jeté une boule de papier contenant des revendications politiques. Cependant, «l’objet» en question n’a jamais été retrouvé. Certaines personnes sur place, à l’époque, avaient affirmé qu’il s’agissait d’une petite pierre sans toutefois en avoir la certitude. 

Il s’agissait d’une «atteinte directe à la démocratie», a indiqué à la cour Amélie Rivard, la procureure de la Couronne, et ce dans un «contexte politique».

Le jeune homme trans a déclaré qu’il regrettait maintenant son geste, affirmant qu’il «se sentait ‘’en colère’’ et ‘’triste’’ ce jour-là (du 16 juin), alors qu’il partageait la scène avec le premier ministre. Selon lui, Philippe Couillard avait décrit à tort Montréal comme une ville ‘’inclusive’’. ‘’Ça m’a choqué qu’un politicien ne sache pas ce qui se passe dans sa propre ville’’, dit-il. Il dit toutefois regretter son geste», peut-on lire dans La Presse sous la plume du journaliste Louis-Samuel Perron, de La Presse.

M. Torres Wictorff s’est dit «impulsif et anxieux en raison d’un trouble de déficit d’attention», a-t-on appris par TVA Nouvelles.

La Couronne demande des travaux communautaire de 150 heures ainsi que trois ans de probation durant lesquelles il ne devra pas communiquer avec M. Couillard et ses proches. La procureure de la Couronne Amélie Rivard a concédé qu'«on ne tue pas des gens avec des boules de papier.  Mais c’est un crime qui doit être sévèrement puni. On s’attaque à la substance de la démocratie, surtout dans le contexte actuel, on n’est pas à l’abri de tels gestes avec des conséquences plus graves.»

Initialement, l’avocate de la défense, Me Riahi, demandait une absolution inconditionnelle, ce qui signifie que le jeune homme n’aurait pas de casier judiciaire. Par contre, il semblerait qu’on se soit ravisé pour plaider en faveur d’une absolution conditionnelle. «La défense soutient qu'Esteban Torres Wictorff a eu un parcours difficile étant transgenre et qu’un casier judiciaire serait un fardeau supplémentaire à ce dernier», indique La Presse.

Le juge Daniel Rivard prendra tout cela en considération et décidera d’une sentence lors de l’audition du 20 octobre prochain.