États-Unis

La Cour suprême va auditionner le boulanger qui avait refusé de préparer un gâteau de mariage gai

Reuters
Commentaires

La Cour suprême des États-Unis a fixé au 5 décembre prochain la date du jugement de l'affaire du boulanger qui avait refusé de préparer un gâteau de mariage au motif que le couple était homosexuel, ce qui heurtait ses convictions religieuses.

Ce dossier très sensible est considéré par les experts comme d'une portée spéciale, car il oppose deux principes particulièrement importants aux yeux des Américains: la liberté confessionnelle et l'interdiction de la discrimination sexuelle. La haute cour a accepté d'inscrire ce dossier au calendrier de sa session d'audiences qui vient de commencer.

L'arrivée prochaine de cette affaire devant la plus haute juridiction américaine représente «une importante victoire pour la liberté religieuse», aux yeux de la Maison Blanche, qui soutient le boulanger récalcitrant. 86 membres républicains du congrès ont également signé un mémoire adressé à la Cour suprême des États-Unis dans lequel ils soutiennent le droit du boulanger à discriminer.

Dans cette affaire s'opposent la boulangerie, nommée Masterpiece Cakeshop, et le Comité des droits civiques de l'État du Colorado. Accepter de confectionner la pièce montée du mariage «serait déplaire à Dieu», avait affirmé le pâtissier en refusant d'assurer la commande.

«Ce qui est jeu est bien plus qu'un gâteau», a commenté lundi l'ACLU, la grande organisation de défense des libertés, qui s'oppose au boulanger. «Si un commerce se veut ouvert au public, alors il doit l'être pour tout le monde», a-t-elle ajouté.

Pour le couple gai qui avait commandé le gâteau de mariage, David Mullins et Charlie Craig, «cela a toujours été plus qu'un gâteau. Les entreprises ne devraient pas être autorisées à violer la loi et à nous discriminer en raison de qui nous sommes et de qui nous aimons».

«Alors que nous sommes déçus que les tribunaux continuent à débattre de la simple question de savoir si les personnes LGBT méritent d'être traitées comme tout le monde, nous espérons que notre cas aidera à éviter que ce soit ne puisse être discriminé simplement à cause de qui il est», ont-ils commenté.

Une décision en faveur du boulanger pourrait produire un effet de recul sur les protections des droits LGBT à l'échelle du pays, et les militants de l'égalité craignent que cela ne crée une brèche pour la discrimination homophobe fondée sur la religion.