Fait divers

Le jeune transgenre s’en sort sans casier pour l’agression du premier ministre

La Presse Canadienne
Commentaires

Le jeune transgenre qui avait lancé un objet au premier ministre Philipe Couillard lors d’un rassemblement de la communauté LGBT — en mémoire aux victimes de l'attentat du Pulse — s’en est sorti sans casier judiciaire.

« Un casier judiciaire ne ferait qu’amplifier ses difficultés sans rien apporter de plus à la collectivité », a commenté le juge Daniel Bédard.

Esteban Torres Wicttorff, 21 ans, avait agressé le premier ministre en juin 2016, quelques jours après la tuerie dans un club gai à Orlando qui avait fait 50 morts, dont l’assaillant. Des personnalités s’étaient exprimées, dont le premier ministre du Québec.

Quand ce dernier avait mentionné que Montréal était une ville inclusive, Torres Wicttorff s’est mis en colère et a lancé un objet en direction du premier ministre. L’accusé jure qu’il s’agit d’une boulette de papier, mais la police n’a pas été en mesure de corroborer cette version.

« Tout désaccord avec la vision d’une personne élue ne peut pas se traduire par des voies de fait [...] tout simplement parce que cette façon de réagir n’est pas acceptable aux yeux de la population canadienne », a commenté le magistrat.

Le juge a d’ailleurs noté que l’agression, même si elle n’a eu aucune conséquence physique sur le chef du gouvernement, avait été commise dans un contexte politique. « Si elle constitue, comme le soutient la poursuite, une atteinte directe à la démocratie, cette atteinte n’est pas d’une ampleur [...] qui ébranle ou met en péril la stabilité du régime politique en place », a expliqué le juge.

Le geste de Torres Wicttorff reste néanmoins «humiliant et dégradant» pour la personne qui l’a subi, a-t-il ajouté.

«Une personne élue par une majorité des citoyens doit pouvoir s’exprimer sur la place publique sans aucune entrave de nature criminelle, a expliqué le juge. D’autant plus lorsqu’il s’agit du premier ministre, la première personne parmi les élus.»

Conditions

Torres Wicttorff a obtenu l’absolution conditionnelle. Cela signifie que pour éviter un casier criminel, il devra respecter plusieurs conditions.

Pendant 18 mois, le jeune transgenre devra respecter une probation lui interdisant entre autres de participer à tout rassemblement « qui vise à dénoncer, revendiquer ou protester ».

Il devra effectuer 100 heures de travaux communautaires et présenter, si son agent de probation le lui demande, une preuve de suivi médical concernant son trouble de déficit de l’attention.

Vendredi, Torres Wicttorff n’a pas souhaité commenter. Une fois qu’il aura terminé sa probation, il devra attendre trois ans afin que le dossier soit effacé.

« Il ne s’agit nullement d’effacer ce que l’accusé a fait, du moins pas pour les trois prochaines années », a conclu le juge.