Image+Nation - 23 novembre à 20h

Call me by your Name : La plus belle saison de la vie

Sébastien Thibert
Commentaires
call me
Le premier amour est souvent le plus intense. Il se fout de la raison ou des regards extérieurs et il emporte tout sur son passage, s’acharnant sur le cœur et le corps, les dominant, les dévorant. C’est de cet amour que traite Call Me by Your Name du réalisateur italien Luca Guadagnino qui en capture parfaitement l’essence.  
 
Durant l’été 1983 dans une grande demeure familiale au nord de l’Italie, un éminent professeur spécialisé en culture gréco-romaine reçoit un bel et charismatique étudiant doctorant venu l’assister dans ses recherches. Il l’installe dans la chambre de son fils, jeune garçon allumé de 17 ans qui, lui, prend la chambre adjacente. Voisins de chambre, les deux jeunes hommes, que sept ans séparent, développent une complicité manifeste. Le temps d’un été, ils passent leurs journées ensemble au soleil, à lire, à discuter littérature ou musique, à se balader à bicyclette, à se baigner et… à flirter.
 
Adaptant le roman d’André Aciman, Luca Guadagnino en conserve toute la beauté. Call Me by Your Name est une histoire d’amour touchante, racontée avec tension, délicatesse et humour. Le film ne tombe jamais dans les clichés pouvant être associés au film initiatique et romantique. Les personnages du scénario de James Ivory (Maurice) ne sont pas des archétypes., il les construit avec beaucoup d’affection, pour les enrichir de complexité et de nuance. Et c’est sans doute grâce à cette richesse de sens que le film parvient à être si fort émotionnellement.
  
Il est particulièrement intéressant d’observer comment l’homosexualité est abordée dans ce film. Guadagnino n’en fait pas un cas. Contrairement à plusieurs films partageant la même thématique, les personnages n’ont pas à gérer ou à réprimer leurs sentiments. Personne ne souffre d’être homosexuel. Il n’y a pas d’intimidation ou de sortie du placard difficile. Si les personnages souffrent, c’est par amour, le pur, le vrai, mais pas  en raison de l’orientation de leur désir. C’est en partie ce qui fait de Call Me by Your Name un film si rafraichissant. 
 
Aujourd’hui, à l’ère du numérique, le jeu de la séduction se déroule majoritairement à travers des textos et des mentions «j’aime» sur des photos. Campé en 1983, le film de Guadagnino est délicieusement loin de cette dimension très «milléniale». C’est plutôt au cours d’après-midi au bord de l’eau ou en ballade à bicyclette que l’amour naît. Call Me by Your Name, à l’instar de ses images claires et lumineuses, est un véritable rayon de soleil. 
 
 

 

----------------------------------- 

L’HORAIRE COMPLET DU FESTIVAL Image+Nation 30

 

JEUDI 23 novembre 

  

VENDREDI 24 novembre

 

SAMEDI 25 novembre 


DIMANCHE 26 novembre

 

LUNDI 27 novembre

  

MERCREDI 29 novembre 

 

JEUDI 30 novembre

 

VENDREDI 1 décembre


SAMEDI 2 décembre

 

DIMANCHE 3 décembre