Alberta

Rentrée législative : les alliances gai-hétéro à l’ordre du jour

Ici Radio-Canada
Commentaires

Une quinzaine de projets de loi seront débattus à l'Assemblée législative de l'Alberta lors de la session automnale. Le gouvernement compte notamment renforcer les alliances gai-hétéro en interdisant à un tiers de révéler l'appartenance d'un élève au groupe sans sa permission. Les députés auront 64 jours pour débattre des projets de loi. 


La dynamique générale de l’Assemblée législative sera cette fois différente, puisque les néo-démocrates feront face à un seul parti d’opposition, le Parti conservateur uni (PCU), a nouveau chef, Jason Kenney, qui ne peut pas siéger puisqu'il n'est pas député. C’est la première fois en 45 ans que le chef de l'opposition officielle n'a pas de siège en Chambre.

Le politologue du Campus Saint-Jean, Frédéric Boily, croit que les néo-démocrates, déjà en mode électoral, tenteront d’utiliser l’union de la droite à leur avantage. « Ils vont essayer de montrer que la nouvelle formation politique est une formation politique plus extrémiste [que les partis qui les constituent] », pense-t-il.

Le débat sur les mesures pour protéger l’identité des élèves qui se joignent à une alliance gai-hétéro risque d’être particulièrement épineux. « Je m’attends à ce que [le PCU] ne soit pas entièrement à l'aise avec ce projet de loi ou que certains de ses membres ne soient pas complètement à l'aise », a signifié Brian Mason. En effet, Jason Kenney s’est opposé ouvertement l’année dernière au fait que le gouvernement albertain impose ces alliances aux écoles privées réticentes.