Emploi

Quels sont les pays européens les plus accueillants pour les travailleurs LGBT !

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Vous prévoyez  émigrer en Europe prochainement et voulez savoir si le pays dans lequel vous allez travailler est « gay friendly » ? Réalisée pour la deuxième année consécutive, l’étude Expert Market compare 43 pays européens selon des critères liés aux droits des homosexuels ainsi qu’aux conditions de travail.

Les critères de cette étude : L’étude Expert Market croise deux types de données. Le premier est lié à la législation du pays : lois et politiques anti discriminatoires, mesures d’égalité à l’accès au logement et indice de tolérance de la société face à la population LGBT (lesbienne, gai, bi et trans). Le deuxième type de données est relatif à l'emploi : taux de chômage et salaire mensuel. 

La fracture Est/Ouest

Elle indique des progrès, mais aussi des reculs. Ainsi, la France quitte le TOP 10 pour basculer à la 11e place, essentiellement à cause du taux de chômage élevé chez les LGBT. Mais la France devance toujours la Grèce, l’Espagne et l’Autriche, ainsi que les pays de l’Est. Cette édition 2017 révèle en effet une fracture Est-Ouest qui se creuse, avec des pays mal classés comme la Russie, la Pologne et la Roumanie. À l’inverse, les pays scandinaves confirment leur statut de « bons élèves » : la Norvège arrive en tête du classement 2017, suivie de la Finlande. La Suède et le Danemark figurent dans le TOP 10. Plus près de chez nous, la Belgique se hisse à la 3e place, juste avant l’Allemagne.

Les spécificités des pays les plus accueillants

Les trois pays en tête du classement, Norvège, Finlande et Belgique, offrent reconnaissance et protection à la population LGBT. Ils bénéficient par ailleurs d’un taux de chômage faible et d’un salaire disponible plus élevé que la moyenne. Pour être bien classé, il faut que le pays offre de bonnes perspectives en matière d’emploi, mais pas seulement : afin d’atteindre le haut du tableau, le pays doit mentionner explicitement l’expression du genre dans sa législation. C’est donc aussi une question de volonté politique.

Les principaux freins des pays mal classés 

L’absence de mesures anti-discriminatoires en matière d’emploi et d’accès au logement, couplé à un taux de chômage élevé et un salaire moyen disponible particulièrement bas. Avec des notes inférieures à 1/10, les cinq pays à éviter absolument pour les LGBT sont la Russie, la Turquie, l’Azerbaïdjan, la Macédoine et l’Arménie, qui ferme le classement.