MonBuzz.ca

Pour parler de drogues et de sexe !

André-Constantin Passiour
Commentaires
conversation chat

Lancé le 28 septembre dernier, le site MonBuzz.ca permet de faire en ligne un bilan de la consommation en lien avec la sexualité des hommes gais et bisexuels. Cela peut-être une consommation d’alcool, mais c’est surtout une utilisation de drogues plus ou moins fortes avant ou durant les relations sexuelles. On pense ici surtout au crystal meth (connu aussi sous le nom de Tina ou autres vocables) et qui fait des ravages dans la communauté des hommes gais et bisexuels, mais pas uniquement. Il s’agit là d’une initiative de l’organisme RÉZO afin «de faire réfléchir» les hommes sur leur consommation et ce, sans jugement ni préjugés…

Lorsqu’on clique sur MonBuzz.ca, on accède à un site avec des questions sur les pratiques sexuelles reliées à la consommation de drogues. De 50 à 60 questions, brèves, concises, dans un langage simple, courant, sans détours sans langue de bois. «Pour favoriser l’utilisation de la plateforme dans un espace public, ceux-ci [l’équipe de RÉZO et ses collaborateurs] ont soulevé l’importance que l’identité visuelle ne soit pas explicitement reliée à la consommation de SPA (substance psychoactives), à la sexualité ou à l’orientation sexuelle. Ces acteurs ont également contribué au développement d’un instrument d’évaluation permettant aux utilisateurs de générer un bilan de l’influence potentielle de leur consommation de SPA sur leur sexualité», peut-on lire dans la revue scientifique internationale Addiction(s) : Recherches et pratiques (no. 1, décembre 2016) et qui résume bien ici les efforts effectués pour que ce site soit le plus attrayant et le plus anonyme possible. Ainsi, avec son mobile (ordinateur portatif, tablette ou téléphone intelligent), on peut se rendre dans un café et naviguer sur ce site sans que cela révèle quoi que ce soit à ses voisins d’à côté… 
 
À la fin du bilan automatisé, la personne peut être amenée à discuter avec un intervenant en ligne live ou en différé. Avec Google Map, selon la région où réside l’internaute.On peut lui suggérer des ressources dans sa propre localité et ce, toujours selon son niveau de risques établi d’après ses réponses. 
 
MonBuzz.ca a mis deux ans à faire son petit bonhomme de chemin afin de voir le jour. Il est le fruit de la collaboration entre l’Université de Sherbrooke et RÉZO. Le financement provient des cosmétiques MAC AIDS Fund. «Ce n’est pas une application, c’est un site ‘’responsive’’ (ou adaptatif), c’est-à-dire avec une rétroaction individualisée. Les gens ici doivent répondre à des questions sur leur consommation. C’est complètement confidentiel et anonyme. Les questions portent sur les relations sexuelles reliées à la consommation de drogues et d’alcool», indique Alexandre Dumont Blais, codirecteur Communications et Administration chez RÉZO. «Au fil des ans, les produits utilisés ont changé chez les hommes gais et bisexuels. Aujourd’hui, on utilise plus fréquemment le crystal meth, donc il faut voir quel est l’impact de cette drogue sur la vie des gens et, s’ils ont besoin d’aide», ajoute Jorge Flores-Aranda, chercheur à l’Institut universitaire sur les dépendances.
 
«Avec ce site, on cherche à briser les tabous existant encore aujourd’hui et qui font qu’on ne parle pas de relations sexuelles avec utilisation de drogues, poursuit M. Dumont Blais. On désire qu’il y ait un début de réflexion à ce sujet.» «Le but du questionnaire est de réfléchir sur ta propre sexualité, on ne véhicule pas de visions d’abstinence ou quoi que ce soit. C’est la personne qui répond qui a à choisir si elle continue, si elle modifie son comportement ou pas. C’est très important ici, mais on le répète, on ne fait pas de morale», explique Mathieu Goyette, professeur adjoint à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et qui a participé à l’élaboration de MonBuzz.ca. «On cherche à rejoindre les gars qui ne sont pas dans les réseaux, qui proviennent de l’extérieur du Village et qui ne connaissent pas nécessairement les ressources», note Jorge Flores-Aranda qui est, également, chargé de programme recherche communautaire à la Coalition internationale SIDA.
 
«C’est assez novateur comme projet que de faire le croisement entre consommation et relations sexuelles et, en plus, que ce soit personnalisé. Il n’y a pas de recettes déjà toutes faites, donc c’est un essai. On pense que le milieu est prêt pour une telle démarche de réflexion. […] Notre recherche va durer trois mois pendant lesquels on va voir, par exemple, qui est intéressé par le site, combien de temps l’individu va rester sur le site, s’il va chercher des ressources, etc. ?», explique Mathieu Goyette, qui fait aussi partie du Programme d’études et de recherche en toxicomanie.
 
Justement, le site requiert le consentement de l’internaute parce qu’on recueille des données pour la recherche pendant les trois premiers mois. 
En un mois, soit du 28 septembre au 30 octobre, près de 1 000 personnes se sont connectées à MonBuzz.ca. Si, pour l’instant, ce site est uniquement en français, on n’exclut pas la possibilité qu’il y ait, un jour, un site en anglais. 
 
Si la mise sur pied du site a été couverte par les fonds du MAC AIDS Fund, l’engagement de l’intervenant en ligne dépend plutôt des autres dons amassés par RÉZO comme la somme de plus de 1100$ qui a été récoltée lors de la soirée organisée par Kat Coric, le 18 août dernier, lors des Vendredis Branchés du Cabaret Mado. Ou encore l’événement du 2 octobre dernier de l’artiste Yunus Chkirate, par exemple. «Ce sont des gens très sensibilisés à la cause du crystal meth dans la communauté et qui nous aident par de tels gestes», affirme M. Dumont Blais.
 
«Pour nous, à RÉZO, MonBuzz.ca fait partie de notre mission de la réduction des méfaits et pour la santé mentale des gens aussi», conclut Alexandre Dumont Blais.
 
Informations : MonBuzz.ca ou www.rezosante.org