Théâtre

Cultures russe et juive en décembre au Prospéro

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Les enivrés d’Ivan Virapaev mis en scène par Florent Siaud

Le théâtre Prospéro continue de nous faire découvrir l’œuvre remarquable du dramaturge russe, Ivan Viripaev. Après Oxygène, montée en 2014 par Christian Lapointe, puis Illusions en 2015 sous la direction de Florent Siaud, un troisième opus de cet auteur né en Sibérie se retrouvera sur la scène du Prospéro : Les enivrés.

Un prétexte simple, une soirée d’enterrement de vie de garçon, l’alcool coule à flot, les âmes aussi, se débarrassant de tous les carcans moraux et religieux. Ivan Viripaev est un dramaturge mais aussi auteur, comédien et réalisateur, atypique autant par l’originalité de ses propos que par la construction de ses textes. Né à Irkoukst en Sibérie, Virapaev se plaisait à déclarer dans une entrevue que le théâtre l’avait sauvé d’une vie de délinquance, ajoutant : « Le banditisme et le théâtre ont deux choses en commun : le romantisme et l’escroquerie ! ». À méditer.

Pour le metteur en scène Florent Siaud qui aime relever les défis en choisissant des textes « inmontables », l’univers et l’écriture de Viripaev ne pouvaient que le toucher. En fait tenter de laisser l’impensé et le non-dit s’imposer, être des personnages qui tentent vainement de se dire. Une dizaine de comédien-nes seront ces enivrés qui le temps d’une soirée de libations traverseront tous les miroirs, les nôtres aussi. 

Mazal Tov de et par Marc-André Thibault

La compagnie Bistouri est une habituée de la Salle intime du théâtre Prospéro, et présente souvent des comédies noires. Par des situations et des personnages excessifs, la compagnie donne un éclairage singulier nos comportements. Mazal Tov n’échappe pas à la tradition. Un texte original écrit et mis en scène par le directeur et fondateur de la compagnie, Marc-André Thibault. Un mariage qui tourne mal suite aux propos antisémites d’un invité alors que le couple qui s’unit est mixte, elle est juive, il est chrétien, la noce tourne au vinaigre. À l'heure des accommodements raisonnables, du politiquement correct, Mazal Tov, sonnera surement plusieurs cloches dans tête des spectateurs

Les Enivrés (Salle principale), un texte d’Ivan Virapaev, une mise en scène de Florent Siaud. Du 21 novembre au 16 décembre 2017

Mazel Tov (Salle intime), un texte et une mise en scène de Marc-André Thibault. Du 21 novembre au 9 décembre 2018

Théâtre Prospéro, Theatreprospero.com