Québec

Le nouveau bijou de Robert Lepage à Québec

Éric Whittom
Commentaires
PROJET LE DIAMANT
Photo prise par © Renaud Philippe
St-Jean
  • PROJET LE DIAMANT
  • St-Jean

L’auteur, metteur en scène et comédien Robert Lepage a présenté récemment les premières images du complexe multidisciplinaire Le Diamant, qui sera situé à la Place d’Youville (coin des rues Saint-Jean et des Glacis), dans l’ancien YMCA pour les plus vieux, juste à côté de l’ancien Cinéma de Paris ou le Cabaret du Capitole. 

Au début de sa présentation, il a justifié les raisons qui ont motivé le choix de l’appellation Le Diamant. « C’est un mot qui évoquait quelque chose de brillant, de lumineux, de rare, de précieux et même peut-être d’éternel. Un diamant comporte, lorsqu’il est poli et bien taillé, plusieurs facettes, comme notre projet qui est complexe, à plusieurs volets et pluridisciplinaires. […] Nous avons vraiment voulu trouver un nom qui s’associe de façon très intime avec la personnalité ou l’identité propre de Québec qui est bien ancrée et assise sur le cap Diamant. »
 
Le bâtiment de 54 millions de dollars que les trois paliers de gouvernements  et des entreprises du secteur privé ont financé ouvrira ses portes au printemps 2019. « Le Diamant est un organisme à but non lucratif, indépendant d’Ex Machina, qui sera toutefois le résident principal du lieu, comme la relation qu’entretient [l’orchestre] Les Violons du Roy avec le Palais Montcalm ou le Théâtre du Trident avec le Grand Théâtre de Québec », a précisé en conférence de presse le premier directeur général du Diamant, Bernard Gilbert.
 
Cette compagnie de production théâtrale qui existe depuis 23 ans et qui diffuse ses créations à travers le monde quittera donc La Caserne de la rue Dalhousie. « Ex Machina produit des centaines de spectacles depuis une vingtaine d’années, puis on ne joue presque pas à Québec, a déploré Robert Lepage. C’est un peu ridicule. Quand on joue, il faut aller cogner chez les voisins pour leur demander de jouer dans leur salle. Là, on va pouvoir présenter tout ce qu’on veut et quand on le veut. »
 
La nouvelle salle de spectacle jumellera des éléments patrimoniaux de l’ancien édifice datant de 1880 et des matériaux plus contemporains (p. ex., le verre et le béton), autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. « Malgré l’allure moderne du projet, c’est important pour nous de conserver notamment la façade en pierre du YMCA dans toute sa grandeur et toute sa gloire, ses fenêtres, ses lucarnes, son œil-de-bœuf et son toit d’époque mansardé. »
 
À l’intérieur, on retrouvera un foyer pour accueillir les spectateurs et tenir divers événements, une grande salle de diffusion pluridisciplinaire (capacité maximale de 625 spectateurs), qui comportera une fosse d’orchestre pour présenter des opéras et des pièces de théâtre musical et qui sera modifiable en différentes configurations, notamment pour une présentation bifrontale. Une autre plus petite salle servira à la présentation entre autres de pièces de théâtre et d’installations en réalité virtuelle comme La Bibliothèque, la nuit qui a été présenté au Musée de la civilisation, ainsi que de studio de création pour Ex Machina. Enfin, une grande terrasse extérieure d’inspiration japonaise aura une vue imprenable sur la Place d’Youville et ses différentes activités. «Nous espérons bien que le Festival d’été, le Palais Montcalm, le Capitole et le Diamant qui s’ajoutera, transformeront la Place d’Youville en petit quartier des spectacles.»
 
Le Diamant présentera principalement des créations contemporaines du Québec et d’ailleurs dans le monde, dans diverses disciplines artistiques, notamment le théâtre, les arts du cirque, l’opéra, le cinéma et même des galas de lutte que Robert Lepage considère comme « des activités théâtrales ». Le Diamant collaborera avec des grands événements à Québec, notamment le Carrefour international de théâtre de Québec, le Festival d’opéra de Québec et le Festival de cinéma de la ville de Québec. 
 
Robert Lepage souhaite que tous les genres de public fréquentent le Diamant. « Ce ne sera pas nécessairement le lieu des bourgeois de la Haute-ville de Québec ou des gens branchés. On veut vraiment que ce soit un lieu de passage où le public du Capitole va se mêler au public d’Ex Machina ou au public des spectacles à la Place d’Youville comme le Festival d’été de Québec. » Le grand manitou d’Ex Machina ne s’est pas avancé sur le genre de spectacle que sa compagnie présentera lors de l’ouverture du Diamant.