Dimanche 17 décembre

Conférence publique sur l’«après C-36»

L'équipe de rédaction
Commentaires

Dans le cadre d’une journée de mobilisation et de solidarité avec les travailleuses.eurs du sexe, Témoigner pour Agir et Stella l’amie de Maimie vous invitent, le 17 décembre, à une conférence publique à la Maison de la culture Frontenac qui débutera par une table ronde avec des travailleuses du sexe, des activistes et des artistes et qui sera suivie d’une performance à partir d’une sélection de monologues d’Operation Snatch. 

Depuis 2003, cette journée du 17 décembre a amené de nombreuses personnes, dans plusieurs villes à travers le monde, à se mobiliser et à organiser, en cette journée, un moment pour honorer les travailleuses.eurs du sexe qui sont victimes de violence et pour sensibiliser et rendre visible cette bataille incessante pour la reconnaissance et pour de meilleures conditions de travail pour les travailleuses.eurs du sexe.

Dans un contexte systémique de violence physique et institutionnelle envers les travailleuses.eurs du sexe, il est plus qu’important que le public et les élu.e.s soient visibles dans le combat pour le droit des travailleuses.eurs du sexe de travailler dans un environnement exempt de violence et pour l’abrogation des lois qui ne font qu’encourager la violence.

Quand le Parti conservateur du Canada a introduit, dans le Code criminel canadien, de nouvelles lois criminalisant le travail du sexe, en 2014, sous la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d’exploitation, il a affirmé, au public, que ces changements ont été apportés sous le prétexte de «?protection?».

Or, depuis cette date, pour les travailleuses du sexe, ces changements ont renforcé les relations antagonistes avec la police, ont interféré avec les mécanismes que les travailleuses du sexe utilisaient pour rendre leur milieu de travail sécuritaire et n’ont fait qu’augmenter la stigmatisation et la discrimination à leur égard. La violence envers les travailleuses du sexe est omniprésente, tout comme les mentalités victimisantes qui alimentent cette violence. 

Cette conférence publique met à l’avant-scène des discussions sur le travail du sexe, des travailleuses du sexe, des activistes et des artistes. Elle représente un moment unique au-delà des divisions idéologiques sur le travail du sexe et d’obtenir des directives de La Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses.eurs du sexe a comme origine une commémoration, qui s’est déroulée aux États-Unis en 2003, en l’honneur de 48 travailleuses du sexe assassinées par un prédateur sexuel à Seattle, Washington. Le tueur a avoué avoir ciblé les travailleuses du sexe parce qu’il croyait qu’il pouvait le faire en toute impunité et que personne ne ferait état de leur disparition. Cette vision des travailleuses du sexe comme jetables et sans valeur continue de rendre les travailleuses vulnérables à la violence, particulièrement dans le contexte actuel où les travailleuses du sexe et leur travail sont criminalisés. 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des activités d’échange de l’exposition Témoigner pour Agir où l’art comme vecteur de communication des expériences de vie des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles, intersexes, queer ou non binaires et des personnes trans, vivant avec le VIH ou ayant une expérience de travail du sexe. Toutes ces communautés qui subissent l’oppression de la part de la société, de la justice et des institutions de santé et de services sociaux, s’allient aux travailleuses.eurs du sexe en ce 17 décembre.

 

Quand? 17 Décembre 2017 à 15h. Où? Salle de spectacle de la Maison de la culture Frontenac 2550, rue Ontario Est (Métro Frontenac)  

---------------------- 

 

À propos de Témoigner pour Agir

Témoigner pour Agir  est une exposition et une série d’activités d’échanges avec des artistes locaux et internationaux qui utilisent l’art pour témoigner de leur vécu en tant que personnes gaie, lesbienne, bisexuelle, intersexe, queer ou non-binaire ou comme personne trans, vivant avec le VIH ou ayant une expérience de travail du sexe. www.temoignerpouragir.com

À propos de Stella

Stella, l’amie de Maimie est un organisme à but non lucratif créé et géré par et pour les travailleuses du sexe depuis 1995. Stella a pour but d’améliorer la qualité de vie et les conditions de travail des travailleuses du sexe, de sensibiliser et d’éduquer l’ensemble de la société aux réalités diverses du travail du sexe afin que les droits humains des travailleuses du sexe soient respectés et pour que les travailleuses du sexe puissent travailler avec sécurité et avec dignité.  

chezstella.org