Retour sur 2017

Ils et elles nous ont quitté en 2017

Yves Lafontaine , Denis-Daniel Boullé
Commentaires
 Vincent Warren en 1977

Comme chaque année, plusieurs personnes LGBT nous ont quitté. Retour sur le départ de quelques-uns et unes qui sont disparus au cour des 12 derniers mois...

Mark Wainberg

Le 11 avril en Floride, le chercheur montréalais Mark Wainberg, connu à travers le monde pour ses travaux sur le VIH/sida, est mort à l’âge de 71 ans, alors qu’il nageait avec son fils. Directeur du Centre SIDA McGill et professeur en médecine, microbiologie et immunologie, il est notamment connu pour avoir découver, en 1989, le médicament antiviral 3TC (qui est intégré à la majorité des tri-thérapies), ainsi que pour ses multiples contributions dans le domaine de la résistance aux médicaments anti-VIH.

Chuck Renslow

En juin, Chuck Renslow (entouré, ci dessus, par Tom of FInland et Etienne) est décédé à Chicago à l’age de 88 ans. Celui qui avait fondé l’International Leather Male était militantisme infatigable qui a consacré sa vie acharné à la liberté sexuelle.  

Marie-Marcelle Godbout

Infirmière à la retraite, Marie-Marcelle Godbout est décédée en juillet dernier, à l’âge de 73 ans. En 1980, elle fondait le premier organisme d'aide aux transsexuels du Québec et fut la première trans (et la seule pendant longtemps) à parler des réalités trans dans  les médias d’ici.  

Edith Windsor

Edith Windsor, la militante LGBT à l'origine de la décision historique en 2013 de la Cour suprême américaine pour les droits des homosexuels, est décédéele 13 septembre à l'âge de 88 ans.  

Vincent Warren

L'ex-danseur étoile des Grands Ballets Canadiens, Vincent Warren, est décédé à Montréal, en octobre, des suites d'un cancer. Il avait 79 ans. Artiste très aimé et apprécié, Warren a marqué plusieurs décennies de danse au Québec, d'abord comme interprète, puis comme professeur à l'École supérieure et fondateur de la Bibliothèque de la danse, qui porte aujourd'hui son nom.

Lil Peep

Longtemps considéré comme tabou dans le milieu, le thème de la santé mentale n’a été pris au sérieux qu’après la mort tragique de Lil Peep, rappeur décédé d’une overdose à l’âge de 21 ans. Dans ses textes, le chanteur évoquait sa bisexualité et sa santé mentale. Thème que l’on retrouve de plus en plus dans le rap contemporain.

Liz Smith

Elle fut un temps la chroniqueuse à potins la mieux payée au monde, la journaliste du New York Times, Liz Smith est décédée en novembre, à l'âge de 94 ans.

Ainsi que George MIchael qui nous a quitté le 25 décembre en 2016, et qui ne faisait donc pas parti de notre blilan 2016 l'an dernier...

Le corps sans vie du chanteur de Freedom et Careless Whisper avait été découvert le jour de Noël 2016 à son domicile de Goring, à l'ouest de la capitale britannique, par son compagnon Fadi Fawaz. En mars 2017 on a confirmé que le chanteur est mort des suites d'un affaiblissement du muscle cardiaque, et d'une stéatose hépatique, qui se traduit par une accumulation de graisse dans les cellules du foie. Les spéculations sur une possible surdose de drogues ou de médicaments d'abord évoquées n'étaient donc pas fondées. Mais les deux pathologies dont souffrait le chanteur trahissent un style de vie excessif. La mort de George Michael, fils d'un Grec chypriote et d'une Anglaise, avait suscité une énorme émotion et une pluie d'hommages au Royaume-Uni et dans le monde, et son engagement discret auprès des enfants déshérités et des malades du sida a été rendu public. De nombreux fans, parfois en pleurs, se sont pressés devant son domicile londonien, venant déposer bouquets de fleurs, bougies et messages. En retrait ces dernières années, le chanteur aux plus de 115 millions de disques écoulés préparait un album. L'album Listen Without Prejudice du chanteur britannique George Michael, s'est de nouveau classé en tête des ventes fin octobre au Royaume-Uni, vingt-sept ans après avoir atteint ce classement une première fois.