Entrevue avec Cinthia Lacharité

Une nouvelle DG au GRIS Chaudière-Appalaches

Éric Whittom
Commentaires
Cinthia Lacharité
Photo prise par © Éric Whittom

Depuis la mi-novembre, Cinthia Lacharité a pris les rênes du Groupe régional d’intervention sociale de la région de Chaudière-Appalaches (GRIS Chaudière-Appalaches) à titre de directrice générale.

Après des études à l’Université Laval en counseling et orientation (baccalauréat), ainsi qu’en service social (certificat), elle a cumulé durant les vingt années suivantes des expériences de travail intéressantes dans divers organismes communautaires œuvrant dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. 
 
Durant six ans, elle a travaillé au Centre de traitement des dépendances Le Rucher, situé à Saint-Augustin-de-Desmaures, comme intervenante, puis chef d’équipe. Par la suite, elle est allée pratiquer auprès des jeunes adultes comme intervenante au Carrefour jeunesse-emploi de Chauveau pendant deux années et comme coordonnatrice de l’intervention à la Maison Marie-Frédéric (quartier Saint-Sauveur) durant neuf ans. « C’est une maison d’hébergement membre des Auberges du cœur qui s’adresse aux jeunes adultes de 18 à 30 ans qui sont aux prises avec certains problèmes (consommation, décrochage scolaire, comportement, santé mentale) et qui ont besoin d’un temps d’arrêt pour se reconstruire », explique-t-elle en entrevue à Fugues.
 
Désirant vivre sur la Rive-Sud de Québec avec sa conjointe, elle a assumé, l’été dernier, l’intérim à la direction générale d’un organisme communautaire de Lac-Etchemin venant en aide aux personnes à faible revenu (L’Essentiel des Etchemins). À l’automne, elle avait commencé un nouvel emploi comme intervenante à l’organisme Aide aux jeunes contrevenants de Beauce. 
 
Toutefois, une opportunité d’emploi inattendue au GRIS Chaudière-Appalaches s’est présentée pour elle. Lorsqu’elle travaillait à la Maison Marie-Frédéric, elle a été témoin des interventions du GRIS-Québec. « Je trouve vraiment important de démystifier [l’homosexualité et la bisexualité] auprès des jeunes, particulièrement dans les écoles. Ce sont des endroits privilégiés où nous pouvons les rejoindre directement dans les classes, briser les préjugés et ouvrir le dialogue avec eux. […] Je suis consciente des difficultés que ça représente, encore aujourd’hui, pour des jeunes d’être différents. Je désire les accompagner dans leur cheminement pour qu’ils acceptent leur orientation sexuelle. »  
 
Des services offerts à toute la population de Chaudière-Appalaches  
Pour réaliser les activités du GRIS Chaudière-Appalaches, elle peut compter sur le soutien d’une adjointe administrative à temps partiel et d’une dizaine de bénévoles ou d’intervenants. Ces derniers se rendent dans les écoles et les maisons de jeunes de Lévis, de la Beauce, des Etchemins et de Bellechasse. Outre la sensibilisation à l’homosexualité et la bisexualité, la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est abordée durant les interventions.
 
« Pour la population en général, nous offrons un service de parrainage qui permet à une personne éprouvant un problème avec son orientation sexuelle ou à un proche d’une personne homosexuelle ou bisexuelle de venir jaser avec un intervenant », ajoute-t-elle avant de signaler que des jeunes présenteront dans les écoles secondaires de Chaudière-Appalaches, à compter de février et jusqu’à la fin des classes, une nouvelle édition de la pièce de théâtre Le cri du miroir des auteurs Aline Carrier et Alexandre Gravel, dont le thème porte sur l’acceptation de son orientation sexuelle.
 
En ce qui a trait aux jeunes trans, la nouvelle directrice générale souligne que le GRIS Chaudière-Appalaches reçoit des appels pour de l’aide. Toutefois, avant d’offrir des services à cette clientèle, elle attend de voir les conclusions de la réflexion provinciale en cours dans l’ensemble des GRIS. Enfin, elle doit organiser un colloque qui réunira tous les GRIS du Québec, ce printemps, en Chaudière-Appalaches (lieu à déterminer).  Cet organisme est à la recherche de personnes, notamment des hommes homosexuels ou bisexuels, qui aimeraient témoigner de leur vécu dans les classes. Une formation est offerte pour savoir comment intervenir auprès des jeunes. Les locaux du GRIS Chaudière-Appalaches sont situés à Vallée-Jonction (268, rue d’Assise, suite 202). On peut rejoindre Cinthia Lacharité par téléphone au (581) 225-8440 ou par courriel à [email protected].