Sherbrooke

Après une plainte d’un parent, des ateliers de sensibilisation à l'homophobie sont retirés à Sherbrooke

L'équipe de rédaction
Commentaires

Une centaine d'élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ont été privés de leurs ateliers sur la sensibilisation aux stéréotypes et à l'homophobie, après qu'un père eut déposé une plainte.

Le parent aurait rapporté que les enfants se seraient sentis humiliés puisque, durant le deuxième atelier, les intervenants de Prima Danse ont présenté des photographies tirées de la série «Les couples imaginaires» d'Olivier Ciappa qui avait été présentée au Complexe Desjardins. On y montre des personnalités publiques enlacées, qui incarnent des couples imaginaires de même sexe.

«Ce sont des photos tirées d'Internet. Le but était de favoriser l'échange, provoquer le dialogue. On voulait outiller les jeunes afin qu'ils ne tombent pas dans le jugement si un jour ils se retrouvaient devant ce genre d'images», explique la cofondatrice de Prima Danse, Katrina Journeau.

Selon l'organisatrice de l'activité, le plaignant aurait aussi mentionné qu'on ne traite pas de l'homophobie de la même façon dans les grands centres qu'en région, comme à Sherbrooke. «J'en conviens que l'approche peut être différente, mais les besoins sont les mêmes, les jeunes ont les mêmes questionnements», a ajouté Katrina Journeau.

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a indiqué qu'elle réévaluera la pertinence de la collaboration entre Prima Danse et les écoles de la région. «Face à cette situation, la CSRS a recommandé à ses écoles de prendre le temps de voir à mieux concilier les objectifs pédagogiques de l’atelier offert par Prima Danse et les préoccupations des parents», précise-t-elle.

Sources : Journal de montréal et Ici Radio-Canada