Décès

Evelyn Farha n’est plus

André-Constantin Passiour
Commentaires

Evelyn Farha, présidente d'honneur de la Fondation Farha qui aide les personnes atteintes du VIH/sida, est morte jeudi soir. Elle avait 92 ansLa Fondation Farha en a fait l’annonce vendredi sur sa page Facebook. Femme engagée et tenace, elle avait mené le combat contre le VIH-sida depuis de longues années. Femme d’affaires, elle avait dû composer avec les décès à la fois de son mari et de son fils, Ron, mort du sida au début des années 1990. 

Mme Farha avait consacré les 25 dernières années de sa vie à la communauté du VIH/sida. C’était une femme « très forte de caractère », qui avait à cœur d’informer les gens au sujet du VIH/sida. Elle se déplaçait dans les écoles pour aller à la rencontre des élèves et leur parler des méthodes de prévention. Son fils Ron a appris qu'il était séropositif à l'âge de 36 ans. Avant de mourir, il a mis sur pied une fondation pour lutter contre le VIH/sida et a fait promettre à sa mère de continuer son travail. Malheureusement, Ron mourra avant même que la première marche de la fondation ait lieu. Evelyn Farha va donc, contre toute attente, reprendre le flambeau et organiser la marche à sa place avec des amis de son fils. De là naît «officiellement» la Fondation Farha telle qu’on la connaît. Beau temps, mauvais temps, elle est en première ligne de la marche qui se tient alors un dimanche de septembre, vers la fin du mois. Elle va réussir à rassembler artistes, entreprises, politiciens et banques autour de la cause durant de nombreuses années. 

Elle va, également, lutter contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH-sida. À un moment où homosexualité était associée étroitement au sida, sa personnalité fait en sorte qu’on va dépasser ce cliché. D’où l’ouverture de plusieurs entreprises envers la Fondation. 

Avec sa santé chancelante, elle laissera la présidence à sa fille Linda tout en étant encore impliquée à moindre niveau. Elle a donc tenu sa promesse à Ron et a reçu de nombreuses récompenses pour son implication dans la Fondation Farha qui s’était fusionnée à la Fondation québécoise du sida en avril 2017, après avoir cesser d’organiser «Ça marche», le marche-thon qui a permis d’amasser près de 10 millions de dollars redistribué à plus de 75 organismes de lutte contre le VIH/sida aux quatre coins du Québec. L’Assemblée nationale du Québec lui a décernée une médaille en 2013 en reconnaissance de tout son engagement envers la communauté. 

Evelyn Farha laisse dans le deuil ses trois filles, Nancy, Caroline et Linda Farha, ainsi que ses gendres et plusieurs petits-enfants.

Nous offrons toutes nos sincères condoléances à la famille et aux proches de Mme Farha.