André Phan

Un notaire va bien au-delà des hypothèques et des testaments

Daniel Rolland
Commentaires

André Phan est dans sa quatrième année de pratique comme notaire et entend mettre à l’avant-plan qu’un notaire, c’est d’abord un conseiller juridique.

Me André Pham s’orientait à l’origine vers la profession d’avocat et a entrepris le cursus en droit pour ce faire. Mais il s’est aperçu chemin faisant que, pour des questions de principe, son tempérament s’accordait mal à la réalité du code de procédure civile. «J’ai passé ensuite quelques années dans le monde communautaire où j’ai pu mettre à profit ma nature altruiste. Mais je sentais que je plafonnais. Et lors d’un séjour à Paris en compagnie d’une cousine, alors que je me trouvais devant le Sacré-Cœur à Montmartre, celle-ci m’a rappelé que j’étais appelé à mieux servir les autres dans le cadre d’une profession libérale. C’est pourquoi je suis retourné aux études pour compléter ce qu’il fallait en direction cette fois du notariat.» 

Le notaire c’est aussi un conseiller juridique

Le jeune expert en droit souligne qu’on associe trop souvent un notaire à un personnage en complet strict, limité à la rédaction d’actes hypothécaires ou de testaments. C’est aussi un conseiller juridique. Mais je lui rétorque, pour l’avoir éprouvé moi-même, que lorsqu’on demande un avis en droit à un notaire, on se fait parfois répondre «Malheureusement je ne peux vous répondre là-dessus, je ne suis pas avocat».  Et lui de commenter : «C’est un fait que parfois les notaires sont un peu fautifs à ce chapitre et n’ont pas su mettre assez de l’avant leur expertise en droit. Mais ça change», lance Me Phan. En fait, le notaire est habilité dans tout ce qui concerne le droit des affaires, établissement de contrat, dossier de fusion etc. Si des avocats ont tiré la couverture de leur côté en se spécialisant en droit des affaires, ils ont fait de l’ombre au travail de leurs collègues notaires dans les mêmes domaines.

De l’importance de prévoir

Il faut prévoir tout, même l’imprévisible selon l’adage. Et si on dit que nul n’est censé ignorer la loi (alors pourquoi des juristes?), on sait que les lois sont si compliquées qu’elles condamnent les avocats et notaires à être d’éternels étudiants. Et le notaire ne manque pas de rappeler l’importance, oui, du testament, mais pour la communauté LGBT le mandat d’inaptitude, car en cas d’incapacité, qui aura la responsabilité à défaut de famille immédiate de s’occuper de la gestion de nos affaires ? Et parlons-en du fameux testament. Parce que sa propre mort étant un sujet tabou, qu’on n’aborde jamais dans les conversations, qu’on ne s’étonne pas du trop grand nombre de gens qui n’en possède pas. Bonjour le merdier quand viendra le moment de répartir les biens auprès de la succession. Quand la sœur bataillera avec l’autre frère survivant au sujet de l’horloge grand-père que vous lui aviez soi-disant promis verbalement de votre vivant ? «On peut s’éviter bien de ces désagréments, dit Me Phan. En plus le testament peut évoluer avec la clause “biens meubles” adaptable  au fur à mesure que le patrimoine augmente ou diffère.»  

Que vous partiez en affaire, achetiez une propriété, l’administration de vos avoirs durant une période d’inaptitude, ou pour la disposition des biens lors de son décès, le notaire est un conseiller juridique qui peut vous éviter bien des embûches. Le «j’aurais donc dû» est évitable quand on a à sa disposition un expert apte à débroussailler les subtilités fixées par le législateur. Et comme couple gai, qui souhaitez bien démarrer dans la vie conjugale, vous trouverez une oreille attentive auprès de Me Phan qui est très fier d’appartenir à la communauté LGBT.

Me André Phan, notaire. 1176 rue Bishop, Montréal. (514) 657 2330  ahpnotaire.com