Du 8 au 18 février 2018

UNE COMÉDIE NOIRE SUR L’AMOUR

Étienne Dutil
Commentaires

Acts to Grind Theatre présente la première québécoise de « True Love Lies », une comédie noire et touchante de Brad Fraser, le "bad boy" de la scène théâtrale canadienne.

Dans cette sexcapade provocante, David McMillan (Izak Benrobi), restaurateur accompli, revient à Yorkville après vingt ans d’absence. Il retrouve Kane Sawatsky, un ami très proche durant ses années d’université, devenu décorateur d’intérieur et père de famille. Chaos et grabuge en vue…

« La compagnie Acts to Grind (ATG) a été fondée à la mi-juillet 2016 », raconte son directeur artistique Davyn Ryall. «J’avais fermé les Productions Village Scène (PVS) deux mois auparavant après 16 ans de très belles pièces. Cette nouvelle compagnie m’a approché en me proposant un mandat artistique plus large sur la découverte de soi… avec moins de solitude et surtout plus de financement », sourit Davyn.

« Beaucoup de pièces m’attiraient, mais elles n’étaient pas dans le mandat de PVS. Avec ATG, je peux développer autrement mes thèmes de prédilection. Après une année 2017 très occupée, True Love Lies représente la 5e production d’ATG. Même si Brad Fraser écrit beaucoup sur la sexualité et la communauté LGBT, son approche est plus large que cela. Ce projet est donc resté longtemps sur mes tablettes à PVS, parce que je n’étais pas prêt artistiquement, et je n’avais pas le budget nécessaire.»

Un auteur controversé… mais prisé

«Je choisis rarement des auteurs canadiens. Ce doit être la quatrième fois seulement sur la cinquantaine de productions que j’ai montées. True Love Lies sera produit pour la première fois en anglais au Québec», prévient Davyn. «Aucune autre de ces pièces n’en a fait l’objet, à part deux autres pièces au Théâtre de Quatre Sous, mais en français!» Pour ceux qui le connaissent moins, Brad Fraser est un dramaturge torontois important, à l’image de Steve Galluccio à Montréal. Il est renommé pour ses prises de position et ses pièces qui bousculent les idées reçues.

«J’ai une vision claire de ce que souhaite l’auteur», avance le metteur en scène. «J’avais vu la pièce à Toronto il y a quelques années lorsque Brad Fraser l’avait lui-même mise en scène.» Texte moins connu de son œuvre, True Love Lies est une comédie noire sur l’amour, ses mensonges et ses vérités. Il y a peu de monologues au profit de dialogues puissants, lourds de sous-textes. Un style souvent prisé en télévision et au cinéma qui explique les productions filmées des œuvres de Fraser, comme entre autres De l’amour et des restes humains par Denys Arcand.

Un merveilleux défi

«On travaille dessus depuis novembre et les répétitions ont commencé début janvier. J’ai soigneusement choisi ma distribution pour obtenir une famille crédible avec des parents dans la quarantaine et des enfants autour de la vingtaine», précise Davyn Ryall. Le passé du père (deux ans d’une relation amoureuse avec David, un restaurateur renommé et haut en couleur) refait surface et perturbe la structure familiale, où quelques vérités restent cachées parce qu’on veut protéger les gens qu’on aime. Or, tout n’est pas tout noir ou tout blanc, d’autant plus que les parents, Kane (Micheal Aronovitch) et Caroline (Noelle Hannibal), doivent affronter le syndrome de la maison vide qu’annonce le départ des enfants, Madison (Kristina Sandev) et Royce (Bryan Libero), et face auquel ils n’ont pas de plan B.

À 17 ans, Royce est à la découverte de son asexualité. «Le fait qu’il soit bipolaire, non diagnostiqué et donc sans filtre, sert l’aspect comique de la pièce par ses propos à l’emporte-pièce », explique le metteur en scène. «Sa sœur Madison, 20 ans, ne sait pas quoi faire de sa vie et ne veut pas mettre les pieds à l’université. Dans ce texte, beaucoup de surprises et de lignes grises abordent d’autres sujets comme l’intimidation, le harcèlement, la violence entre ados. Bref, cette pièce représente pour moi un merveilleux défi…»

Un défi qui sera présenté du 8 au 18 février, au Théâtre Paul-Buissonneau du Centre Calixa-Lavallée, au cœur du parc Lafontaine. La première sera l’occasion d’une soirée bénéfice dont une partie des recettes sera versée à l’ACCM (Sida Bénévole Montréal).

TRUE LOVE LIES au Théâtre Paul-Buissonneau du Centre Calixa-Lavallée (3819, avenue Calixa-Lavallée, à Montréal). Billetterie (15$ à 30$) au 514-285-4545 ou sur www.lavitrine.com