États-Unis

Un couple gai israélo-américain se bat pour faire reconnaître la citoyenneté à l'un de ses fils jumeaux

Yannick LeClerc
Commentaires

Un couple homosexuel israélo-américain a déposé plainte après que la citoyenneté américaine ait été refusé à un de leurs enfants jumeaux sur la base d'un test d'ADN forcé.

Depuis septembre 2016, Elad et Andrew Dvash-Banks sont parents de deux garçons - Ethan et Aiden - des jumeaux conçus par gestation par autrui (mère porteuse) au Canada avec le sperme des deux hommes et des ovocytes d’une donneuse anonyme.

Les deux pères se sont mariés en 2010 au Canada et on fait reconnaîre leur union plus tard aux États-Unis où la petite famille a décidé de s’installer.

De nationalité israélienne, Elad a obtenu sa carte verte lui permettant de vivre et travailler aux États-Unis, mais la situation s'est avérée beaucoup plus compliquée pour ce qui concerne leurs enfants.

Après une enquête «extrêmement personnelle et indiscrète», l’administration américaine leur a demandé des tests génétiques de paternité à partir desquels elle a estimé qu'Aiden pouvait obtenir des papiers en tant que fils d’Andrew, tandis que son frère jumeau Ethan s'en voyait privé, car son ADN correspond à celui d’Elad.

Les noms des deux pères figurent sur les certificats de naissance, mais selon le Département d'Etat, «si l'enfant n'a pas de lien biologique avec un parent citoyen américain, l'enfant ne peut pas un être citoyen américain».

Le petit garçon est donc actuellement sur le sol américain en qualité de «touriste» avec toutes les limites te les difficultés que cela occasionne pour lui et sa famille.

Le couple, installé à Los Angeles, estime que leur fils fait l'objet de discrimination de la part du département d'État. Il a engagé une action en justice pour obtenir la reconnaissance d’Ethan comme Américain à la naissance, comme son frère jumeau. Le procès a été intenté au nom du couple à Los Angeles et Washington par Immigration Equality, un groupe de défense des droits des LGBT.

Selon le couple et ses défenseurs, les couples hétérosexuels dans une situation semblable ne sont pas soumis au type de tests qui leur a été imposés. «Le message, c’est que l’on n’est pas sur un pied d’égalité. Notre famille vaut moins qu’une autre. Et mon fils a été lésé par le gouvernement américain», a expliqué Andrew à la presse.