Amériques

L'administration Trump refuse de signer une déclaration de soutien des pays américains au mariage gai

L'agence AFP
Commentaires

Sept pays du continent américain, dont le Canada et le Mexique,ont signé une déclaration de soutien à l'égalité du mariage, mais les États-Unis ont refusé d'y prendre part.

La Cour interaméricaine des droits de l'homme a ouvert la voie au mariage gai dans 16 pays du continent américain en déclarant que le mariage entre conjoints de même sexe était un droit de la personne, il y a quelques jours.

Le tribunal a notamment estimé que le Costa Rica violait ses obligations liées à la Convention américaine des droits de l'homme.

Depuis cette décision, sept des huit pays membres du Groupe LGBTI de l'Organisation des États américains (OEA) ont signé une déclaration appuyant l'opinion de la Cour, mais les États-Unis ont refusé de le faire.

Les pays qui ont signé la déclaration sont l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Mexique et l'Uruguay. Les États-Unis sont le seul pays membre de ce groupe à ne pas avoir apposé leur signature à la déclaration. 

Le directeur de l'organisation Human Rights Campaign Global a réagi en considérant le refus de l'administration Trump-Pence de signer cette déclaration en faveur de l'égalité du mariage et des droits des transgenres « profondément troublant ».

« Alors que l'administration américaine est à l'origine d'une série d'attaques contre la communauté LGBTQ ces derniers temps, elle abandonne aussi les personnes LGBTQ du monde entier. Nous avons désespérément besoin d'une direction qui fera progresser l'engagement des États-Unis envers les droits des personnes LGBTQ aux États-Unis et à l'étranger », a-t-il déclaré.

L'avis consultatif de la Cour interaméricaine des droits de l'homme réaffirme aussi les droits des personnes transgenres sur les questions de changement de nom, ou encore de rectification des références de genre sur les documents d'identité.