Jeux olympiques de Pyeongchang

Le baiser historique de Gus Kenworthy avec son petit ami retransmis dans le monde entier

Yannick LeClerc
Commentaires

Le skieur acrobatique américain Gus Kenworthy a perdu sa dernière prestation des Jeux olympiques d'hiver de 2018, mais son baiser avec son petit ami Matthew Wilkas a provoqué une vague d'acclamations et de célébrations sur les médias sociaux.

C'était juste un petit baiser, mais le fait que cela ait eu lieu en direct sur les ondes de la chaîne américaine NBC, en heure de grande écoute, et devant des dizaines de millions de personnes. Le skieur acrobatique américain a par ailleurs fièrement posté une photo sur Twitter, Instagram et Facebook de lui et de son compagnon se tenant la main devant le stade olympique de Pyeongchang.

Un tabou est désormais brisé et un baiser entre un médaillé d'argent olympique et son partenaire est désormais considéré comme banal. Le commentateur de la NBC a vu le baiser et a simplement mentionné aux téléspectateurs qu'il s'agissait de « son petit ami, Matt Wilkas ». Gus Kenworthy a fait son coming out en 2015, l'année suivant les Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie. C'était donc ses premiers Jeux olympiques en tant qu’homosexuel.

Après la diffusion de la séquence, il a déclaré: « Je ne savais même pas que c'était un retransmis, mais je pense que c'est incroyable ». « C'est quelque chose que je voulais faire aux précédents Jeux olympiques de partager un baiser avec mon petit ami au fond et c'était quelque chose que j'avais trop peur de faire », a-t-il révélé. « Je pense que la seule façon de vraiment changer les perceptions, de briser l'homophobie, de faire tomber les barrières est la visibilité. Ce n'est certainement pas quelque chose que j'ai vu comme un gamin.

Je n'ai pas vu un athlète gai aux Jeux olympiques embrasser son petit ami et j'ai pensé que si je l'avais vu, ça m'aurait rendu la tâche beaucoup plus facile, alors j'espère que ça l'a fait pour les autres », a-t-il poursuivi. 

« Je pense que la chose la plus importante au monde est que tout le monde vive sa vie telle qu'il est lui-même et soit authentique et honnête, a-t-il conclu. Je n'ai pas vraiment vécu ça à Sotchi, alors ça fait du bien de connaître ça ici. Ce n'était pas le résultat sportif que j'espérais, mais je suis très fier de représenter la communauté LGBTQ et heureux d'être ici avec d'autres athlètes qui le sont aussi ».