Le 11 mars Artsida8 au profit de ACCM

L’art pour la cause

André-Constantin Passiour
Commentaires
Artsida pour la 8e fois

Cette exposition et encan au profit de Sida bénévoles Montréal, mieux connu sous son acronyme anglophone ACCM, nous revient donc pour une 8e édition. Le 11 mars prochain, artistes, bénévoles, curieux, collectionneurs et «supporters» se donneront rendez-vous à la Place des Arts pour voir et miser sur les œuvres de quelque 62 artistes. Il sera donc permis à chacun d’acquérir, de 18 h à 22 h 30, une ou plusieurs œuvres selon ce que son portefeuille l’y autorise, évidemment! Après des coupes dans les subventions fédérales, ACCM cherche ainsi à regarnir ses coffres afin de venir en aide aux personnes séropositives ainsi que pour ses divers programmes.

C’est donc au Salon urbain de la Place des Arts qu’il faudra se rendre et ce, que l’on soit en costume et cravate ou en jeans et «hoodie»! L’important, c’est d’y être… 
 
«Nous avons 62 artistes queer, trans, bispirituels, bisexuels, lesbiennes, gais et allié.e.s provenant d'ici et d'ailleurs (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, Corée, Mexique, Grèce, Philippines, Chine, Iran, Brunei et Venezuela). Les œuvres sont disponibles sur notre site artsida.org», informe Jeansil Bruyère, le directeur général d’ACCM. Les artistes sélectionné.e.s reflètent la diversité de nos communautés montréalaises et nous en sommes très fiers.»
 
Kent Monkman, Sandra Chevrier, Spazuk, Zilon, Johan Jansson et Andrew Moncrief sont parmi les artistes reconnus. Sean Mundy et Laurence Philomene, quant à eux, sont dans la liste des artistes émergents à surveiller.
 
C’est la Galerie MX qui accueillera le vernissage, le 2 mars de 18 h à 22 h, et c’est gratuit ! « Nous avons hâte de vous présenter la sélection incroyable d'Artsida8 », dit Jeansil Bruyère.
 
Un contexte de coupures
«Nous visons à récolter au-delà des 126 000$ amassés l’année passée, explique le directeur général d’ACCM. Ceci s'inscrit dans la réalité des organismes communautaires. On ne parle pas assez du fait que nous sommes vulnérables financièrement. À titre d'exemple, nous avons perdu 70 000 $ à peine 48 heures après Artsida7 en raison de coupures budgétaires gouvernementales.»
 
Pour comprendre le pourquoi d’une telle situation, il faut se référer à la nouvelle orientation du gouvernement Trudeau qui vise la prévention. Les organismes venant en aide aux personnes séropositives se retrouvent ainsi pénalisés. Récemment, on a vu d’ailleurs la Maison Plein Cœur faire appel à la générosité du public pour pouvoir boucler son budget après des coupes drastiques dans les subventions. Il s’agit d’une suppression de 100 000 $, tandis que la Fondation d’Aide directe/Sida Montréal, une banque de dépannage alimentaire, fermait ses portes l’automne dernier, également par manque de fonds. En septembre, c’était le tour de Bruce House, à Ottawa, de mettre la clé sous la porte de sa maison de transition pour personnes séropositives... On comprend vite pourquoi un tel événement comme cette vente aux enchères devient capital pour ACCM. «[De telles réductions] ça fait mal et, grâce à Artsida8, nous sommes capables de survivre à l'imprévisible», souligne Jeansil Bruyère.
 
«Artsida8 est aussi, pour nous, l’opportunité de remercier des artistes inspirant.es qui comprennent l’importance de redonner aux communautés de Montréal. Après 30 ans de services, ACCM est reconnaissant pour le soutien obtenu de tous les artistes à travers les années», de conclure Jeansil Bruyère.
 
ARTSIDA 8 au Salon urbain de la Place des Arts, 1600, rue Saint-Urbain, Montréal. Pour informations et réservations de billets : artsida.org ou www.eventbee.com