Entrevue avec Catherine Duclos

De l’intervention en classe, à la présidence du GRIS

Julie Vaillancourt
Commentaires
Catherine Duclos

Le 27 septembre dernier, Catherine Duclos était élue à la présidence du GRIS. Une ascension toute désignée, pour la jeune femme de 30 ans qui s’implique auprès de l’organisme depuis 2012. 

«Lorsque j’ai connu le GRIS, en 2009, j’ai été interpellé par l’approche, le fait d’aller témoigner en classe et l’impact que cela a sur les jeunes», explique d’emblée Catherine Duclos, qui a rejoint les rangs du GRIS à titre d’intervenante en 2012. Une expérience enrichissante, pour celle qui a étudié sur les bancs d’école de l’Ohio à l’adolescence. 
 
homoparentalité«Je suis originaire de la Rive-Sud, mais quand j’ai eu 12 ans, nous avons déménagé en Ohio, pour l’emploi de mon père. J’ai fait mon secondaire là-bas, explique-t-elle. C’était un milieu assez conservateur et homophobe. Les gens disaient que l’homosexualité était un choix. Je ne me sentais pas concernée, car je me disais que je ne ferais pas ce choix. Parfois, dans les cours, il fallait se positionner “pour“ ou “contre“ le mariage gai et il n’y avait personne qui se positionnait “pour“… incluant moi, pour faire comme tout le monde ! Parfois, je raconte ça, dans mes interventions en classe. J’ai honte, mais en même temps, je faisais juste suivre les autres, je ne savais pas encore qui j’étais, j’avais un copain pour faire comme tout le monde », poursuit Catherine, qui fera son coming-out en tant que lesbienne vers l’âge de 21 ans, alors de retour dans la métropole pour ses études universitaires.
 
En 2013, un an après avoir débuté ses interventions en classe, Catherine siègera sur le conseil d’administration du GRIS, coordonnant le comité Appartenance, pour le recrutement et la rétention des bénévoles. En 2015, elle assumera la vice-présidence, avant de présider l’organisme. Catherine devenait ainsi la première femme et la plus jeune membre à la présidence du GRIS, un accomplissement d’autant plus d’actualité en lien avec la place des femmes dans la communauté, les postes de pouvoir et les rapports égalitaires, sans compter que «nous avons la parité homme-femme au CA pour la première fois », enchérit Catherine.
 
D’ailleurs, avec plus de 250 bénévoles gais, lesbiennes et bisexuel(le)s, Catherine ne cache pas le fait qu’il est un peu plus difficile d’aller chercher des femmes pour s’y impliquer : « ça demeure dans nos priorités de s’assurer que le recrutement est 50/50, car il y a encore un peu plus d’hommes que de femmes au GRIS; nous avons environ 45% de femmes. On veut s’assurer que dans toutes nos interventions en classe, il y ait un homme et une femme. Il y a 10-15 ans, c’était souvent deux hommes; la réalité des femmes n’était pas suffisamment présente. » 
 
Si aller chercher des femmes demeure un défi, d’autres attendent la nouvelle présidente : « la communauté évolue et nous désirons évoluer avec elle. On cherche à élargir nos collaborations, afin de voir comment on pourrait aborder la démystification des réalités trans. On veut que ce soit bien fait et ne pas précipiter les choses. Nous en sommes à la réflexion, afin de développer cela dans les prochaines années. Aussi, nous aimerions commencer à faire des interventions plus tôt, au primaire, car depuis quelques années nous sommes en 5e et 6e année. Commencer à intervenir en classe, lorsque les élèves sont plus jeunes, avant même que les préjugés se forment.»
 
 
À l’image de la publication du GRIS, Modèles recherchés (2015), Catherine Duclos représente un modèle en soi. À 30 ans, elle est en couple avec Marie-Christine depuis 6 ans. Celles qui ont uni leurs destinées il y a de cela 3 ans, sont les heureuses mamans de Liam, âgé de 17 mois. «Nous avons vraiment été chanceuses, ça a fonctionné du premier coup; c’est moi qui l’ai porté», confie Catherine. «La maternité s’est bien passée, j’ai adoré l’expérience !» Celle qui vient tout juste de terminer un doctorat en neurosciences, assure que son champ de spécialité, le sommeil, ne fut pas motivé par les courtes nuits découlant de la maternité : «je me suis intéressée au sommeil lorsque j’ai commencé ma maîtrise, en 2011, car à l’époque, ma conjointe travaillait de nuit; j’ai étudié l’effet des horaires atypiques et du travail de nuit sur le cerveau. Par la suite, cela m’a mené à travailler chez les traumatisés crâniens qui ont beaucoup de problèmes de sommeil. » Nous souhaitons bon repos à Catherine qui, nouvellement maman, s’apprête à combiner les défis du post-doctorat et la présidence du GRIS! 
 
homoparentalité
 
 
Afin de rejoindre les rangs du GRIS à titre d’intervenant, communiquez avec le GRIS au 514 590-0016. Vous serez par la suite invité(e)s à suivre un week-end de formation intensive, dans le but d’apprendre à structurer votre histoire à présenter en classe et répondre aux questions les plus souvent posées. Après deux observations en classes, si vous obtenez l’approbation des formateurs, vous deviendrez intervenant. Les qualités recherchées : être à l’aise de raconter votre vécu ! Il n’y a pas de bonne ou mauvaise histoire !
 
Pour plus d’informations sur le GRIS et les résultats de la campagne de financement 2018 : http://www.gris.ca/