Télé

Cheval-Serpent : série sexy et attachante

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
Cheval-Serpent

Bonjour chers amis lecteurs et lectrices. L’hiver nous frappe de plein fouet et on gèle. Ceci constitue, selon moi, une excellente excuse pour rester à la maison et regarder la télévision. Ce mois-ci, je vous présente une variété très éclectique d’émissions de télé. Allons-y tout de suite!

L’ancien maire de Montréal se meurt. À son chevet se trouvent sa femme (Marie Tifo) et son fils (Daniel Parent), qui lui-même vient d’être élu maire de Montréal. La dernière requête du mourant est de revoir son deuxième fils, illégitime, né de sa maîtresse (Louise Portal). Malgré ses réserves, le maire contacte son demi-frère David (Guillaume Lemay-Thivierge) et lui demande de se rendre à l’hôpital pour visiter leur père. Le fils illégitime refuse. Finalement, le maire commettra l’irréparable et mettra fin aux jours de son père. De son côté, David gère un bar de danseurs pour femmes avec sa partenaire Dorice (Sophie Prégent). Celle-ci, bien qu’elle travaille dans un milieu d’hommes sexys, est lesbienne et vit avec sa conjointe de longue date, Dominique (Élise Guilbault), une auteure et féministe réputée. Ces deux femmes ont eu une fille avec l’aide de David. Cette fille, Simone, vit une relation difficile avec un homme plus âgé qu’elle. Les partenaires d’affaires offrent tout un spectacle aux clientes avec des danseurs musclés et virils. Mais la ville leur met souvent des bâtons dans les roues en tentant de fermer le bar, qui a une réputation de débauche. Des descentes régulières font peur à la clientèle. Une tactique fort connue dans le passé et utilisée contre les bars gais. En plus de devoir s’occuper du bar et de ses problèmes, la gérante doit composer avec la maladie (SLA) de sa conjointe.
 
Cheval-Serpent :
 
Toutes ces intrigues s’entremêlent au gré des semaines et on s’accroche aux personnages. La distribution est vraiment impressionnante et on attend chaque semaine au mercredi soir pour connaître la suite. Avec, chaque semaine, une chorégraphie de ces beaux hommes. Par contre, ne vous attendez pas à de la nudité frontale car la SRC a décidé de se limiter à nous montrer les fesses des danseurs. Cette série présente avec précision le milieu des bars et des tenanciers. En 2018, on pourrait penser que les grandes villes ont accepté la présence de bars de danseurs dans leurs rues mais on n’a qu’à penser au ménage fait à New York il y a quelques années pour cons-tater que certaines administrations conservatrices tentent encore de rendre leurs rues plus « propres ». Ici, la tentative de fermer le club prend aussi une dimension personnelle puisque le maire et le gérant du bar sont demi-frères. D’ailleurs, ce soi-disant ménage rappelle l’ère de Jean Drapeau qui avait fait fermer les bars gais de la métropole en vue des jeux olympiques. Une vision conservatrice et puritaine qui décide de la vie des autres. Ce sont deux visions, deux clans qui s’affrontent.
 
Cheval-Serpent :La présence d’un couple homoparental dans un milieu de danseurs hétérosexuels s’avère pétillant. La propriétaire du bar n’est nullement impressionnée par le physique de ses employés. D’ailleurs, lors d’une audition, un danseur s’exécute devant elle sans que cela ne la fasse réagir, sinon pour trouver qu’il est un bon danseur. Sophie Prégent et Élise Guilbault forment un couple de lesbiennes bien touchant et attachant. On sent leurs sentiments l’une pour l’autre et lorsque la maladie frappe, la peur et la douleur prennent forme devant nos yeux. La maladie de Lou Gherig (sclérose latérale amyo-trophique ou SLA) est une maladie dégénérative qui tue lentement. La décision de se séparer pour épargner à sa partenaire sa longue déchéance nous illustre à quel point les deux femmes sont attachées l’une à l’autre et s’aiment au point de se sacrifier. Dorice doit faire le deuil de sa femme avant même qu’elle ne soit décédée. Des moments chargés d’émotion. Pourtant, dans sa vie de gérante, Dorice se montre implacable, au point de faire comprendre à sa fille qui vit une peine d’amour que ses problèmes amoureux n’ont pas leur place dans la gestion du bar. Les émotions prennent souvent le dessus dans nos vies et Simone doit affronter sa peine d’amour toute seule.
 
Mis à part ces intrigues, ce qui attire au début, ce sont évidemment, les danseurs. Oui, ils sont beaux et attirants. Le gérant enquête sur eux lors de l’embauche pour s’assurer qu’ils n’ont pas de casier judiciaire ni de problème de consommation de drogues. Il certifie aussi que les danseurs sont hétérosexuels. Ceci semble un peu bizarre puisqu’on sait que plusieurs danseurs nus pour femmes sont gais. Mais dans l’émission, il n’y a pas de danseur homosexuel. En tout cas, pas pour le moment. Les chorégraphies sont sensuelles et sexuelles. Mais l’arrivée d’un nouveau danseur, diplômé en danse contemporaine, va déranger la troupe des vedettes du bar. D’ailleurs, il goûtera à la violence et la jalousie de ses collègues de travail. Cela n’empêche pas les numéros de danse d’épater la galerie. Certains petits détails font sourire, comme ces femmes qui espè-rent coucher avec les danseurs et qui les attendent à la sortie après la fermeture du bar. Dans la série, les danseurs refusent… Est-ce un véritable reflet de la réalité ? En tout cas, ici, ils sont bien sages.
 
Je vous recommande fortement cette série. D’abord, pour les intrigues qui ne trainent pas en longueur comme dans certaines émissions. Les acteurs sont brillants. Certaines scènes sont géniales comme la confrontation entre l’épouse éplorée et la maitresse qui veut obtenir sa part de l’héritage de son ancien amant. Marie Tifo et Louise Portal s’affrontent com-me seules deux grandes actrices peuvent le faire. Ces scènes intimistes se mêlent aux scènes de danse lascive. Un beau mélange.
 
Au cours des prochains épisodes, nous découvri-rons certains secrets et ça risque d’en étonner plus d’un. Plus la série avance et plus les intrigues s’entremêlent. Les membres des deux clans ont plus en commun qu’ils ne pourraient l’admettre. 
 
CHEVEAL-SERPENT sur ICI radio-Canada Télé (jusqu’au 14 mars) ou en raffale sur Tout.tv