Indonésie

Une nouvelle loi indonésienne pourrait criminaliser le sexe entre hommes dans les prochaines semaines

L'équipe de rédaction
Commentaires

Selon CNN, le parlement indonésien pourrait faire adopter une loi qui criminaliserait les relations sexuelles entre personnes de même sexe et le sexe hors mariage en avril. La loi et la répression anti-LGBT récemment observée dans le pays coïncident avec les élections des gouverneurs en 2018 et l’élection présidentielle de 2019, alors que les politiciens craignent de plus en plus les très puissants leaders conservateurs islamistes. 

Même si un homme politique, Ischsan Soelistio, du parti libéral Démocratie party of struggle, affirme que la future loi ne criminalisera pas des relations sexuelles en privé, les événements de ces derniers mois suggèrent le contraire.

Dans l’une des dernières versions de la loi, les « actes obscènes » avec quelqu’un du même genre sont punis d’une amende et d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 18 mois. « Si les actes sont publiés sous forme de pornographie », ajoute CNN, « la condamnation peut aller jusqu’à neuf ans. » CNN souligne cependant que l’ébauche de loi actuelle ne définit pas ce qu’est un « acte obscène », ouvrant ainsi la porte à une interprétation qui pourrait entraîner des abus.

Pour le moment, l’homosexualité n’est pas pénalisée en Indonésie et en décembre 2017, la plus haute cour du pays a refusé de le faire. L’homosexualité est juste illégale dans la province d’Aceh. En 2014, des dispositions ont été ajoutées au Code pénal d’Aceh pour punir les relations entre hommes et entre femmes de flagellation, de 100 mois de prison ou d’une amende de près de 40 000 euros.

Un couple gai a été flagellé récemment, après avoir été surpris chez eux par des voisins. La police d’Aceh a arrêté il y a quelques semaines douze femmes trans et leur a rasé la tête pour « en faire des hommes ».

La répression anti-LGBT en Indonésie dure depuis près de trois ans. En mai 2017, la police a arrêté 141 hommes dans un sauna gai (photo de une), en les accusant de violer les lois du pays sur la pornographie et de tenir un réseau de prostitution gai — même si les hommes avaient des relations sexuelles en privé.

Pour le dire simplement, l’Indonésie a poursuivi des relations sexuelles privées sans avoir de loi qui les criminalise. Quand ce sera le cas, les choses ne pourront qu’empirer.

Sources : CNN et HORNET