En visite aux USA

Le Premier ministre irlandais critique la politique de Trump sur les droits LGBT

Sébastien Thibert
Commentaires

Avant une rencontre avec le vice-président américain connu pour ses positions homophobes, le premier ministre irlandais a déclaré que les États-Unis n'étaient plus leader sur la question de droits LGBTI.

Leo Varadkar, le premier ministre ouvertement gai de la République d'Irlande, a déclaré lors d'une table ronde à Austin, au Texas, que les États-Unis ne sont plus un leader des droits LGBTI.

Selon le «Irish Times», il aimerait aborder la question avec le vice-président américain Mike Pence, qu'il rencontrera vendredi prochain.

Mike Pence est un farouche opposant aux droits LGBTI et a fait campagne pour les prétendues thérapies de «guérison» de l'homosexualité dans le passé.

«Nous avons toujours considéré l'Amérique comme un phare de la liberté, la terre des gens libres et la patrie des braves - c'est là que le mouvement des droits homosexuels a commencé, a déclaré Leo Varadkar. Il est vraiment dur de voir qu'un pays construit sur la liberté individuelle n'est plus le leader dans le monde dans ce domaine».

Leo Varadkar a également annoncé qu'il aimerait visiter le site des manifestations historiques de Stonewall à New York. 

La semaine dernière, le premier ministre irlandais avait déclaré au Parlement qu'il était en désaccord avec beaucoup de points de vue de Donald Trump, citant notamment des questions telles que les droits des femmes et les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres.

Leo Varadkar, membre du parti conservateur Fine Gael, a été élu à son poste l'an dernier, devanant ainsi le premier dirigeant ouvertement homosexuel d'Irlande, 23 ans après la légalisation de l'homosexualité dans ce pays profondément catholique.