Websérie montréalaise

Retourner dans le placard en 2018

Samuel Larochelle
Commentaires
Retourner dans le placard en 2018

Deux amis, une lesbienne et un gai, font semblant d’être un couple hétérosexuel, afin que le garçon obtienne sa résidence canadienne. Telle est la prémisse de la websérie The walk-in closet, un projet montréalais écrit par Katharine King et Natalie Liconti, deux cinéastes de 22 ans qui s’attaquent aux clichés avec un humour à prendre au deuxième degré.

Dans chacun des huit épisodes, le duo s’amuse à tourner les stéréotypes en dérision. «Les films et les émissions de télé utilisent souvent l’image des gais pour ajouter une touche d’humour, mais on n’a rarement vu le retour dans le placard et le faux couple hétéro sous forme humoristique», explique Katharine King. 
 
Le couple approximatif est formé par Sterling, un danseur de ballet flamboyant, et sa colocataire Billie, une humoriste lesbienne au succès relatif, entre deux contrats. Ils tenteront de convaincre les autorités d’Immigration Canada de la solidité de leur amour, grâce ou malgré leur entourage haut en couleurs: Jennie, une lesbienne à l’allure hétérosexuelle, dixit la créatrice et son interprète Katharine King; Dom, le frère de Billie, le cliché hétéro par excellence qui est constamment occupé à soulever des haltères et qui ressent le besoin perpétuel de renforcer son hétérosexualité, ainsi que Ms. Hutchcroft, une agente d’immigration coincée, mais glamour, qui ignore tout de la culture LGBTQ.
 
L’employée du gouvernement est jouée par l’incomparable Tranna Wintour, alors que les autres personnages, principaux et secondaires, sont tous interprétés par des membres de la communauté. Un choix important pour les créatrices. «Nathalie et moi avons étudié la représentation des genres au cinéma et on discutait beaucoup de la place occupée par l’orientation sexuelle et l’identité de genre à Hollywood. La majorité du temps, les producteurs engagent des acteurs cisgenres, hétérosexuels, blancs et qui correspondent à certains standards de beauté, pour jouer des personnages queer ou trans. On se plaignait de ça, et on a décidé de faire l’inverse à très petite échelle. Notre objectif était d’engager des membres de la communauté pour jouer les personnages gais, lesbiennes, trans, queer et hétéros.» 
 
Katharine King est fière de passer un message de la sorte, mais elle insiste pour rappeler que la websérie demeure très drôle. «On voulait créer quelque chose de léger et d’amusant qu’on peut regarder tard le soir sur son ordinateur. On joue avec les clichés des deux côtés, sans pour autant vouloir choquer ou attaquer qui que ce soit. Malgré l’aspect politique de notre processus créatif, la série demeure très accessible.»
 
Récente diplômée du programme de production cinématographique de l’Université Concordia, Katharine King a fait appel à plusieurs de ses anciens collègues de classe pour la création de Walk-in closet. «Comme on vient de sortir de l’école, c’est plus simple de produire des courts métrages ou des séries web autofinancés. Au final, la série web nous permettait d’explorer plus de personnages et de nous concentrer davantage sur les situations comiques et les personnages que sur un arc dramatique précis.»
 
Originaire de Vancouver, mais établie à Montréal depuis cinq ans, elle tenait à représenter la sous-culture queer montréalaise à l’écran. «Je suis vraiment heureuse qu’on ait convaincu des artistes comme Tranna Wintour et Rachel Gendron, qui organisent beaucoup de soirées de comédie queer et féministes à Montréal, pour montrer l’humour sous un nouvel angle. On a créé la série pour qu’elle soit comprise partout, mais il y a définitivement une saveur montréalaise grâce aux comédiens.»
 
Les épisodes sont disponibles sur Vimeo : thewalkincloset
Trouvez aussi la série sur Facebook : twicwebseries