Denis-Martin Chabot remporte un prix pour ses romans !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Denis-Martin Chabot
Photo prise par © Pierre Ouimet

L’auteur et ex-journaliste de Radio-Canada, Denis-Martin Chabot s’est mérité le «Prix d’honneur pour l’ensemble de son œuvre» du Prix du roman gay, édition 2017. Le jury composé d’écrivains, de critiques, de blogueurs, de chroniqueurs, de lecteurs, de libraires et d’éditeurs a fait son choix parmi une centaine d’œuvres sélectionnées.

«Je suis honoré qu’on reconnaisse mon œuvre littéraire. Ce prix «hommage» souligne mes deux romans «Rue Sainte-Catherine Est, métro Beaudry» et «Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais», publiés en 2016 et 2017. Nul n’est prophète en son pays, car le Prix du Roman gay est organisé par une maison d’édition, les Éditions du Frigo, en France depuis 2013», a commenté Denis-Martin Chabot. 

Ces deux romans, écrits sous forme de chroniques, racontent la vie d’hommes et de femmes LGBT à Montréal, et leurs péripéties partout dans le monde pendant plus de trois décennies. Bien reçus par la critique, ces deux livres ont aussi été appréciés par les lecteurs. «J’ai décidé d’écrire des romans avec des personnages LGBTQ+ à une époque où on ne retrouvait pas autant de personnages à mon image dans la littérature québécoise que maintenant, poursuit Denis-Martin Chabot. Je voulais des histoires qui me parlaient et qui parlaient aussi aux lecteurs et lectrices de notre communauté. Je voulais aussi partager ces histoires avec les personnes qui ne sont pas LGBTQ +, leur apprendre qui nous sommes, ce que nous vivons. Et rien de mieux qu’un roman pour le faire. Mes romans ont des personnages de la communauté, mais ce qu’ils et elles vivent demeure universel. C’est pour cela que je n’ai jamais voulu cantonner mes romans sous une étiquette. J’écris du roman contemporain avec des thématiques LGBTQ + universelles. Les hétéros peuvent se reconnaitre dans ce que j’écris.»

L’an dernier, cet auteur nous avait raconté le combat du survivant de l’attaque au Métropolis, lors du rassemblement de la victoire du Parti québécois (PQ), le soir du 4 septembre 2012, soit «Dave Courage : Survivre à l’attentat du Métropolis» (publié aux Éditions La Semaine).

«J’ai commencé à publier plus récemment quand une maison d’édition sérieuse, les éditions La Semaine, une maison grand public, m’a donné une chance. J’en serai éternellement reconnaissant envers l’éditrice d’alors, Annie Tonneau. Elle avait eu un avis favorable de son comité de lecture, et avait aussi eu un coup de cœur pour mes manuscrits. Nous avons travaillé très fort pour les réviser comme il se doit et pour s’assurer qu’ils tiennent la route et aussi que le style et la langue sont exacts», de rajouter l’écrivain qui participe au festival littéraire LGBT Métropolis Violet, du 26 au 29 avril prochain. M. Chabot animera, entre autres, une soirée spéciale d’hommage à l’écrivaine lesbienne Nicole Brossard, le 26 avril. 

«J’espère obtenir une offre de publication pour mon nouveau titre, «Escales parisiennes», note Denis-Martin Chabot. Ce nouveau roman autofictif traite de dépendance affective et de violence conjugale dans un couple de même sexe. Je travaille très fort aussi sur une nouvelle biographie qui sera publiée aux Éditions de l’Homme. Je ne peux pas vous révéler le nom du sujet pour encore quelques mois. C’est la maison d’édition qui l’annoncera en juin. Le livre sortira en octobre [2018].»

Pour ceux qui ne le savent pas encore, c’est Denis-Martin Cabot qui organise depuis plusieurs années maintenant un festival littéraire durant les célébrations de Fierté Montréal (au mois d’août). «Il y aura des nouvelles aussi quant à Fierté littéraire et au niveau théâtral», souligne-t-il.