Connectée, design et écolo

Stockholm est-elle devenue la ville idéale?

Yves Lafontaine
Commentaires
Stockholm
Photo prise par © Stockholm
Stockholm
Photo prise par © Stockholm
  • Stockholm
  • Stockholm

Berceau de grandes entreprises multinationales et vivier bouillonnant de start-up, la capitale suédoise semble avoir réussi à concilier qualité de vie, développement économique et respect de l’environnement.

Derrière son image policée et presque trop tranquille, Stockholm revendique tellement de premières places dans les classements en tout genre qu’il est difficile de tous les citer. Ville la plus favorable aux entrepreneurs (selon Forbes) ; première à être nommée capitale verte en Europe, en 2010 ; citée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la qualité de l’air, qui y allongerait l’espérance de vie de deux ans ; deuxième écosystème mondial pour les start-up juste derrière… la Silicon Valley, etc.

La capitale, qui accueille 2 des 9 millions d’habitants du pays, se rêve en centre économique de la Scandinavie. Rien de moins ! Pendant plusieurs années, la Suède a été le pays le plus connecteé à Internet, avec 95% de la population en ligne – il est aujourd’hui rattrapé par les autres pays scandinaves. L’économie est en croissance – supérieure à 3% en 2016 et attendue à au moins 2% en 2017 –, les taux d’intérêt sont particulièrement bas, et le taux de chômage est inférieur à 7% dans le pays et à 4% à Stockholm.

 
Stockholm
 

Bref, le fameux « modèle social sueédois » perdure et contribue à l’attractivité tant du pays que de sa capitale. Premier de ses atouts, le respect de l’environnement. Avec un tiers de sa surface occupé par les espaces verts et un tiers par l’eau — n’oublions pas que la ville est composée de 14 îles —, Stockholm revendique haut et fort son titre de capitale verte.

Depuis plusieurs années déjà, la municipalité s’est donné pour objectif de devenir une ville durable. Il s’agit, entre autres, de ne plus recourir aux énergies fossiles d’ici à 2040, de réduire le trafic automobile et de construire des logements pour tous plutôt que des stationnements. Pour cela, la ville a mis en place un péage urbain, elle commence à déployer les infrastructures pour les voitures électriques, et elle prévoit de construire 40 000 nouveaux logements entre 2014 et 2020. Une usine de production de biogaz devrait par ailleurs démarrer en 2018. Et les résultats sont là. La quasi-totalité (99%) des ordures ménagères sont incinérées et fournissent chauffage et électricité aux habitants.

Les décharges ont disparu des environs de la ville. « Le nombre de voitures en circulation est le même qu’il y a dix ans, alors que la population a augmenté », se félicite Karin Wanngard, maire (social-démocrate) depuis 2014. Le projet de la municipalité, baptisé Vision 2040, étend la durabilité à la démocratie, au vivre ensemble, au social et à l’économie. Stockholm se caractérise par le nombre élevé d’entreprises multinationales qui y ont vu le jour et qui, pour la plupart, sont toujours implantées dans la ville : Ericsson dans les télécoms, ABB dans l’énergie et l’automation, AstraZeneca dans la pharmacie, Electrolux dans l’électroménager, H&M dans le prêt-à-porter et, plus récemment, des sociétés high-tech telles Skype, King, Spotify. Le marché domestique est limité. Les entreprises ont compris qu’elles doivent penser global dès le départ, que leurs produits ou solutions devront être déclinés, adaptés selon les marchés extérieurs.