Pride Toronto 2018

Pas de policiers en uniforme dans le défilé gai de Toronto

L'équipe de rédaction
Commentaires
Photo prise par © Le chef de police Saunders (à droite sur la photo)

Le chef de police de Toronto confirme qu'il n'y aura pas d'agents en uniforme au défilé de la fierté gaie en juin. Le chef Mark Saunders a retiré sa requête de participation pour se plier aux souhaits des organisateurs, Pride Toronto.

Pour la deuxième année consécutive, aucun policier en uniforme ne participera donc au défilé gai. Après une bisbille l'an dernier quant à des allégations de racisme contre les forces de l'ordre, Pride Toronto accuse cette année la police d’avoir bâclé les enquêtes liées à la disparition d'hommes du village gai. Le présumé tueur en série, Bruce McArthur, est maintenant accusé du meurtre de six de ces hommes. La police cherche d'ailleurs à établir l'identité d'une septième présumée victime. 

De son côté, le chef de police affirme dans une déclaration écrite, mardi, que la participation des membres de son service au défilé cet été aurait été un symbole « d'unité et d'inclusion », particulièrement pour les policiers LGBTQ. M. Saunders admet toutefois qu'il s'agit d'une « période difficile » en matière de relations entre la police et la communauté gaie, et qu'il ne veut « pas empirer » la situation. «J'espère [que l'annulation de notre requête de participation] sera perçue comme un exemple concret du fait que je suis complètement à l'écoute des préoccupations de la communauté [gaie] et que je m'engage à bâtir de meilleures relations encore plus fortes entre nous.»

De son côté, le président de l'Association des policiers de Toronto, Mike McCormack, se dit déçu. « Je ne pense pas que l'exclusion des policiers favorise un dialogue positif. Nos policiers LGBTQ et nos policiers en général sont déçus », dit-il.

L'an prochain?

La directrice générale de Pride Toronto, Olivia Nuamah, raconte que les discussions « allaient bien » l'an dernier pour que les policiers soient inclus dans les festivités cette année, jusqu'à l'affaire McArthur.

À peine un mois avant l'arrestation du présumé tueur en série en janvier, le chef de police avait assuré à quelques reprises aux médias et à la communauté que «rien ne portait à croire qu'un tel meurtrier aurait été à l'œuvre», malgré les craintes exprimées par différentes membres de la communauté gaie.

Le maire de Toronto, John Tory, espère que les discussions vont se poursuivre entre la police et Pride Toronto. « Je veux que tout le monde puisse participer au défilé », dit-il.

La première ministre, Kathleen Wynne, « est consciente » du fait que les relations sont tendues actuellement entre les organisateurs et le service policier. Elle presse la police de rebâtir les ponts avec la communauté LGBTQ. Le chef Saunders indique qu'il « travaillera fort » au cours de la prochaine année pour que les policiers puissent prendre part au défilé gai en 2019.