Sexualité

Fidélité sexuelle ou pas? La question!

L'équipe de rédaction
Commentaires

Vous avez déjà trompé ou été trompé ? Si « oui », alors vous faites partie de la majorité des homosexuels, selon la récente enquête menée par le magazine britannique « FS » auprès de ses lecteurs.

Pour autant qu’elle en soit une, quelle valeur accorde-t-on à la fidélité (sexuelle et/ou affective) au sein du couple homosexuel? Contextuellement et contrairement à nos amis hétéros dont le schéma type reste celui de la famille classique, la plupart des homosexuels vivent leurs histoires d’amour sans le joug de cette « construction sociale ».

En conséquence, on pourrait croire que l’infidélité dans un couple gai est moins taboue ou dramatisée. Mais est-ce réellement le cas?

Pour en avoir le cœur net, le magazine « FS » a mené son enquête auprès d’un échantillon assez large pour représenter au mieux la population homosexuelle. Ils sont très exactement 961 hommes gais et bisexuels à avoir joué le jeu de la vérité, dont les résultats ont été révélés dans lune récente édition du magazine. La première question étant « où commence l’infidélité ? ", les participants ont établi une échelle en répondant à des critères précis.

En résumé, 79 % considèrent le sexe anal comme l’ultime trahison, suivis de près par 76 % considérant la fellation et 74 % la masturbation mutuelle comme une infidélité. 

Pour 66 %, «embrasser c’est tromper» et 18 % se sentent trahis par un simple flirt en dehors de leur couple.

À la question «Avez-vous déjà été trompé par un partenaire ?», une grosse majorité a répondu oui sans hésiter, soit 58 %. 

25 % ont répondu par la négative pendant que 17 % ne sont pas certains. Inversement, 52 %, plus de la moitié également, a avoué avoir déjà été infidèle dans une relation, contre 46 % assurant le contraire et 7 % « amnésiques » qui disent ne pas trop savoir. 

45 % des infidèles relatent avoir été découverts par leur partenaire officiel, la même proportion affirmant le contraire et encore, 10 % d’incertains.

Une autre question intéressante de l’enquête se portant sur les infections transmissibles sexuellement (ITS) révèle que 17 % des infidèles en ont contracté une lors d’un écart contre 79 % confirmant l’inverse et 4 % qui ne savent pas. 39 % disent avoir informé leur partenaire dans le premier cas, pendant que 61 % préfèrent garder la MST contractée secrète, au risque de la transmettre à leur partenaire, et d’autres éventuellement.

L’infidélité, selon les lecteurs de « FS », c’est… 

  • 79 % sexe anal 
  • 76 % fellation 
  • 74 % masturbation 
  • 68 % ne pas respecter les règles d’une relation ouverte 
  • 66 % embrasser 
  • 62 % intimité émotionnelle avec une autre personne 
  • 55 % utiliser une application de drague 
  • 43 % échanger des photos sexuelles 
  • 34 % envoyer des messages privés 
  • 18 % ?irter

 

S'il y a un constat à faire, ça serait de réfléchir à la transparence et à l’honnêteté au sein du couple. Et ce résultat démontre l’importance de passer régulièrement des tests de dépistage, au moins deux fois par année.