Afrique et Asie

La visibilité LGBT parfois une arme à double tranchant

Yves Lafontaine
Commentaires
kenya

Le mouvement des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT) a connu une croissance exponentielle au cours de la dernière décennie, tant en Afrique qu’en Asie. De nombreuses organisations luttant pour les droits des minorités sexuelles et de genre ont été créées et continuent de se développer.

À travers ces deux continents, une multitude de personnes courageuses sont sorties de l’ombre et ont résisté à la violence, à la stigmatisation et à la discrimination auxquelles sont confrontés celles et ceux dont l’orientation sexuelle ou l’identité de genre est différente. Leurs voix se sont davantage fait entendre pour revendiquer l’égalité. Dans le même temps, l’opposition à l’existence de telles voix et idées en Afrique et en Asie est devenue plus stratégique et souvent plus violente. Les barrières culturelles, religieuses et politiques en vue d’atteindre l’égalité et la non-discrimination pour les LGBT ont été rendues visibles dans de nombreux pays africains à maintes reprises. La visibilité de nos questions et de nos organisations est une arme à double tranchant: d’une part, cette visibilité sert le but nécessaire pour démystifier les personnes LGBT et leurs préoccupations en matière de droits humains, et d’autre part, elle suscite une réaction brutale envers une large partie de ces organisations qui s’expriment à visage découvert. Si cette visibilité permet souvent de créer un environnement pour les états et les acteurs non étatiques propice à la stigmatisation, à la violation des droits et à la discrimination des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Cette persécution peut être si extrême que les individus concernés n’ont pas d’autre choix que d’aller trouver refuge autre part.  
 
 
Source: Rapport 2017 sur l’homophobie d’état réalisé par L’ILGA