Quand le théâtre rythme l’Histoire

LES BELLES-SŒURS SONT NÉES AU STUD !

Étienne Dutil
Commentaires
Les Belles soeurs

Sous le titre «Les Belles-Sœurs, l’œuvre qui a tout changé», Mario Girard raconte la genèse et les conséquences de cette pièce emblématique de Michel Tremblay et du théâtre québécois, dans un livre publié aux Éditions La Presse.

Les belles soeursNourris de nombreux témoignages et autant d’illustrations, son livre retrace la chronologie des faits et des événements qui ont amené à l’écriture, la création puis la production de cette pièce dont l’unique lecture publique fut en soi un événement.
 
C’était il y a 50 ans, le lundi 4 mars 1968 à 20h30 au Théâtre des Apprentis-Sorciers, sur Papineau au coin de Sainte-Catherine. À l’emplacement même du bar Le Stud! C’était le premier site du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, où se regroupaient plusieurs troupes et compagnies expérimentales. «Près de 500 personnes m’ont dit avoir assisté à la lecture publique, rappelle Michel Tremblay, sauf que la salle ne contenait que 90 places!», confie-t-il amusé à Mario Girard.
 
«Dans l’histoire culturelle mais aussi identitaire du Québec, cette œuvre s’est révélée à un moment clé. Il y a eu un avant et un après», affirme Mario Girard. «Arrivée au bon moment, la pièce s’est retrouvée au centre d’un malström identitaire et sociétal.» Ainsi le joual s’avère en soi un personnage des Belles-Sœurs. Gratien Gélinas, Marcel Dubé et Réjean Ducharme écrivaient des œuvres en joual. Michel Tremblay lui donnera ses lettres de noblesse en faisant de cette langue le porte-étendard d’un groupe social et culturel. Puis la libre expression d’un peuple.
 
«Entre Antigone et La Poune, Tremblay a choisi les deux. En inscrivant cette langue dans la structure d’une tragédie grecque, il a donné aux "Canadiens français" la permission de s’exprimer avec leurs mots à eux», résume Mario Girard. «À travers ces 15 femmes qui lèvent le voile sur leur mal-être, c’est finalement tout un peuple qui se réunissait dans la cuisine d’un appartement du Plateau-Mont-Royal pour dire qu’il en avait assez», conclut-il en rappelant qu’au fil du temps, Les Belles-Sœurs est devenue la pièce québécoise la plus jouée au monde! 
 
«Les Belles-Sœurs, l’œuvre qui a tout changé» de Mario Girard aux Éditions La Presse (2018, 216 p.)