À lire

Liées par le sang, tome 2: Les cahiers oubliés

Benoit Migneault
Commentaires
Liées par le sang, tome 2: Les cahiers oubliés

Dans le premier volume, l’auteure Marie-Josée Poisson, entraînait le lecteur dans les méandres d’une découverte archéologique dissimulée dans les murs de l’Élysée depuis 1763, en l’occurrence, une robe ayant peut-être appartenue à la Marquise de Pompadour. L’héroïne du récit, Lou Ashby (Louise Poisson) cache le fait qu’elle s’est concocté un nouveau patronyme afin de ne plus être la risée de tout un chacun.

Liées par le sang, tome 2: Les cahiers oubliésMais ce nom semble être lié à une femme importante de l’histoire dont elle serait la descendante: Jeanne-Antoinette Poisson, soit la Marquise de Pompadour. Dans le premier volume, l’auteure nous conviait ainsi à une course folle et contemporaine à travers les analyses scientifiques autour d’une robe maculée de sang. Dans un second temps, le 18e siècle s’ouvrait littéralement au lecteur puisque le récit l’entraînait dans le sillage de la marquise et des jeux de coulisses de Versailles. Dans ce second ouvrage, Lou, qui a maintenant repris le nom de Poisson, quitte Paris, son amant et son effroyable tante, qui complote dans l’ombre (et qu’il fait plaisir à détester), pour revenir à Montréal où l’attendent de surprenantes découvertes concernant le premier Poisson (Charles-Guillaume d’Étiolles) à avoir foulé le sol de la Nouvelle-France. En parallèle, on suit les aventures du même Charles-Guillaume dans la tourmente de 1759: une guerre contre les troupes britanniques dont il inscrit les nombreux secrets dans des cahiers qui se perdront dans les méandres du temps.
 
Les amateurs de romans historiques plongeront avec avidité dans cette intrigue complexe à laquelle participe le personnage de Corey Pointer, danseur et chorégraphe, un précieux allié de Lou dont le cœur penche résolument vers les charmes de la gent masculine.
 
Liées par le sang, tome 2 : Les cahiers oubliés / Marie-Josée Poisson. La Semaine (2018, 423p.)