Volkswagen et Lexus

Une berline et deux VUS

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
jetta

Les berlines tri-corps n’ont plus la cote, elles se font dépasser par les VUS tous formats confondus. Pourtant, il existe encore des conducteurs qui préfèrent les berlines à tout autre modèle

Volskwagen JETTA
Le groupe Volkswagen conserve dans sa gamme de quoi contenter une clientèle moins sensible aux tendances. La Passat, berline grand format et la Jetta, berline intermédiaire qui en est à sa septième génération. Lancée au tout début comme une Golf à laquelle on avait greffé un coffre, la Jetta s’est, au fil du temps, distancée de la Golf pour être un modèle à part avec sa propre signature dans la gamme. La dernière génération de Jetta est un modèle plus long, plus large, en fait plus spacieux pour le confort des utilisateurs. La nouvelle Jetta sera dans les concessions dès l’été prochain.
 
Lignes modernes sans être agressives, l’intérieur de la Jetta adopte la même politique à l’intérieur. Le tableau de bord a été remplacé par un écran longitudinal qui permet à chaque conducteur de configurer les éléments de contrôle qui lui sembleront indispensables à son style de conduite. Dénommé Volkswagen Digital Cockpit, ce tableau de bord numérique accueille tout ce que la technologie de l’information et de la communication peut offrir aujourd’hui. Ce n’est pas parce qu’on privilégie un certain classicisme que l’on est au fait des dernières avancées technologiques. On retrouve sous le capot le moteur quatre cylindres développant 147 chevaux mais accouplé à une toute nouvelle boîte manuelle à six rapports, offerte de série. La boîte automatique à huit rapports sera proposée en option sur tous les modèles quel que soit le niveau d’équipement.
 
Extérieurement, la Jetta se donne des airs de petite Passat par ses lignes élancées, se dote d’une troisième petite vitre latérale, et rappelle par sa silhouette le style de ses cousines produites par Audi qui mises sur le dynamisme. Un véhicule équilibré quel que soit l’angle choisi pour le regarder. Équilibré et très sage, pour ne pas dire classique, les concepteurs ont choisi de ne pas dérouter les possesseurs de Jetta actuels. Du changement dans la continuité en somme.
 
Le moteur quatre cylindres turbo de 1,4 litre demeure inchangé, avec 147 chevaux US (150 chevaux métriques) et un couple de 184 lb-pi. Une toute nouvelle boîte manuelle à six rapports sera désormais offerte de série. Une boîte automatique à huit rapports sera disponible en option sur les déclinaisons de base et de série sur les versions haut de gamme. La Jetta ne bat pas des records en termes de sportivité, mais ce n’est ni sa vocation, ni le souci des acheteurs potentiels.
 
En fait, la Jetta est faite pour durer dans le temps avec ses lignes presqu’intemporelles qui séduiront sans provoquer. Il en va de même pour son style de conduite privilégiant avant tout la sécurité à l’ivresse de la vitesse. Volkswagen qui met l’accent sur la mise en marché de ces nouveaux VUS, le Tiguan et l’Atlas, n’oublie pas une partie de sa clientèle qui recherche la qualité et la fiabilité d’un bon produit dépourvu de clinquant, et en ce sens il fait mouche avec cette toute nouvelle Jetta.
 
Pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus, un tour par exemple chez Volkswagen Centre Ville s’avèrerait une très bonne initiative. Confortable, spacieuse, rassurante, la Jetta s’affiche comme l’auto à utiliser au quotidien ou pour les longues fins de semaine, prête à dévorer sans peine kilomètre sur kilomètre.
 
Lexus NX et RX
Lexus est la division de prestige de Toyota. Deux modèles ont fait une percée notable sur le marché canadien, extirpant la marque d’une certaine confidentialité pour les néophytes. Et ils s’inscrivent dans la tendance actuelle puisque ce sont deux VUS, un intermédiaire et un compact, qui valent le détour.
 
Ils se nomment respectivement RX et NX et affichent avant tout un design qui s’inscrit dans la suite logique de la calandre. On privilégie les formes géométriques, les cassures nettes dans la silhouette. Les deux modèles qui adoptent le rouage intégral sont idéaux pour un usage quotidien, font preuve d’une grande polyvalence, et peuvent facilement affronter nos hivers.
 
Lexus NX. C’est le plus petit des deux. En 2018, il a adopté une nouvelle numérotation, 300t, pour le distinguer des anciens modèles. Les motorisations n’ont pas changé, y compris dans la version hybride (NX 300h). Le 4 cylindres de 2 litres turbocompressé développe 235 chevaux, amplement suffisant compte tenu de la petite taille du véhicule, la version hybride se dote d’un quatre cylindres en ligne de 2,5 litres auxquels deux moteurs électriques pour une puissance combinée atteignant 194 chevaux. Si le NX se décline sous l’appellation Fsport, ne croyez pas que ce VUS ait quelques velléités à jouer les bolides sur la route. Il s’agit seulement de variations d’équipements lui donnant un look plus inspiré que réel. Mais à son volant, le plaisir est garanti, car le NX se conduit avec autant de plaisir qu’une petite berline, sécuritaire en toute circonstance avec un équipement de base très riche assurant un confort maximum pour le conducteur et les passagers.
 
Lexus NX
 
Lexus RX. Plus notables sont les refontes du RX pour 2019. D’abord signalons qu’il se déclinera en version allongée pouvant recevoir une troisième rangée de passagers. Comme pour son petit frère, il se décline en deux motorisations avec pour le RX 350, un V6 de 3,5 litres pour une puissance de 295 chevaux et bien entendu une motorisation hybride pour le RX 450h, équipé du même moteur et auxquels on a adjoint des moteurs électriques. L’espace étant plus généreux, le RX profite d’un volume de chargement suffisant pour un VUS de sa catégorie. Et s’il fallait un argument supplémentaire pour choisir le RX, sachez qu’il est le VUS de luxe de sa catégorie le plus acheté au Québec. Comme pour le NX, on peut se procurer le RX les yeux fermés… Pas tout à fait, reste encore à choisir la couleur!
 
Un petit tour chez Lexus Gabriel et je suis sûr que vous pourrez essayer le NX et le RX sans problème. Lexus RX