Le Grand dictionnaire des malaises et des maladies

Un auteur québécois suscite la polémique en France avec son dictionnaire

L'équipe de rédaction
Commentaires

«Le Grand dictionnaire des malaises et des maladies» était présenté comme un «coup de cœur» dans plusieurs magasins Fnac, en France, jusqu’à ce que ses propos sur l'homosexualité, le viol ou le sida posent problème.

«Si j'ai eu à vivre un viol, ou un abus sexuel, je regarde si mon ignorance de la sexualité, même inconsciente, était à ce point grande que j'ai attiré ( énergétiquement parlant ) cette situation comme pour me libérer de ma peur ou tout simplement pour cesser de me faire abuser». Voilà ce que l'on peut lire dans Le Grand dictionnaire des malaises et des maladies, qu’on peut aussi se procurer dans les livrairies québécoises..

Ce livre, écrit par Jacques Martel, un québécois présenté comme un «conférencier» qui a une «formation d'ingénieur électricien» et une «expérience de psychothérapeute», est au cœur d'une polémique, relayée par internet. En cause : des propos problématiques sur l'homosexualité, le viol ou encore le sida. Paru en 1998 et réédité en 2007, l'ouvrage se penche sur «l'aspect métaphysique des malaises et des maladies en rapport avec les pensées, les sentiments et les émotions», selon la description de son éditeur.

L'homosexualité présentée comme un choix 

Elle s'indigne des propos tenus, qui véhiculent des idées reçues, notamment sur l'homosexualité qui est présentée comme un «choix». «L'homosexualité est-elle une maladie ? [...] Si par exemple, je suis un homme et que mes parents voulaient à tout prix avoir une fille, il se peut que, même inconsciemment, je veuille développer les qualités d'une fille afin d'augmenter mes chances d'être accepté par ce parent, peut-on lire. Je peux avoir été élevé par une mère trop dominante, ce qui m'a fait vouloir fuir les femmes».

Sur les règles…

«Les douleurs menstruelles peuvent être liées à de la culpabilité et de la colère. Si je refuse ma condition en tant que femme, si je m'indigne de la soumission de la femme dans la société ou des règles auxquelles je dois me soumettre, si j'en veux aux hommes ou à mon père [...], mes menstruations vont être douloureuses».

Des écrits qui indignent les internautes, comme Joël Deumier, président de «SOS Homophobie», qui s'est exprimé sur Twitter : «On ne peut pas diffuser de tels clichés qui nourrissent et légitiment l’homophobie. En l’état, cet ouvrage ne devrait plus être distribué!» 

Devant le tollé que le livre a déclenché sur Twitter, le service client de la Fnac a retiré le livre de ses «coups de cœur», mais il est encore possible de se le procurer.