1, 2 et 3 juin

À voir au FTA : la version brésilienne de Tom à la Ferme magnifie les corps

L'équipe de rédaction
Commentaires

Le FTA mous offre une rare occasion d'être témoins du sentiment d'urgence de créateurs étrangers qui s'emparent d'une pièce québécoise. 

Au Brésil, où le nombre de meurtres homophobes atteint un nombre record, la pièce de Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard acquiert une résonance terrible. Les corps proclament ici avec une fougueuse évidence ce que l'on veut nier jusqu'à le détruire. 

L’auteur de la pièce, Michel Marc Bouchard, affirmait d’ailleurs en entrevue l’an dernier avec Fugues que la traduction brésilienne qu’il a vue à Rio il y a quelques semaines est sa production étrangère préférée. 

« Ils ont fait une lecture fascinante de la pièce. Le plus beau cadeau qu’on peut faire à un auteur, c’est de lui faire oublier qu’il a écrit la pièce qu’on lui présente. Le metteur en scène a choisi de ne pas mettre de décors ou de meubles sur scène. Il y avait uniquement de la bouette, une bâche et des sauts. On se sentait déjà à la ferme. » 

Comment les Brésiliens, réputés pour leur machisme, ont-ils accueilli cette histoire?

« Les réactions du public et des médias ont été extrêmement positives, mais il faut dire que la pièce a été jouée dans la capitale et qu’elle ira peut-être dans une grande ville comme Sao Paulo. Je ne crois pas qu’elle va tourner en provinces. »

« Le public vibre avec l’histoire. Quand Tom est suspendu au-dessus de la fosse, les spectateurs sont déjà dans une espèce d’abandon face à une foule d’aprioris. Ils sont en catharsis avec ce qui se passe. Et à la fin, quand Tom tue Francis, il vient s’assoir sur le bord de la scène pour s’adresser au public. On passe dans un autre registre, comme un épilogue shakespearien. En racontant le meurtre, ça devient assez politique. »

Le sang et la boue, matières des origines du monde, souillent les mots et magnifient des corps transfigurés par les émotions pour révéler la grandeur tragique de ce texte nécessaire. À voir!

 

TOM NA FAZENDA de Michel Marc BOUCHARD + Rodrigo PORTELLA

1er au 3 juin | Maison théâtre | #FTA2018 | go.fta.ca/tom

Une présentation de Fugues.



LIRE D'AUTRES ARTICLES SUR LE FTA : 

UN AVANT-GOÛT DE LA PROGRAMMATION DU FTA 2018 PO (...)

MARTIN FAUCHER DU FTA ET LA RÉINVENTION DU MONDE (...)