Espagne

Une correspondante de genre pour le journal El País

L'agence AFP
Commentaires

Après la “gender editor” du New York Times, c’est au tour du quotidien espagnol El País de créer un poste spécifique pour améliorer le traitement du genre et des droits des femmes dans ses pages.

La journaliste Pilar Álvarez sera la toute première corresponsalía de género – « correspondante de genre » – du journal espagnol El País . « Sa mission est de planifier et d’améliorer la couverture des questions liées à l’égalité et aux femmes », explique le quotidien de centre-gauche dans un éditorial. Le travail de Pilar Álvarez « sera transversal à toutes les sections », précise encore l’édito. 

Ce nouveau poste, créé suite à une proposition de journalistes du quotidien, rappelle celui de « gender editor » confié quelques mois plus tôt, aux Etats-Unis, par le New York Times à Jesscia Bennet

Dans son éditorial, El País assure réaffirmer ainsi « un engagement en faveur des droits des femmes », qu’il fait remonter à l’année de sa création, en 1976 : il avait alors publié, à la une de son premier supplément hebdomadaire, un reportage sur les vols charters pour les femmes qui allaient avorter à Londres, « largement connus mais dont personne ne parlait ». En 2001, le journal était également « pionnier dans la prise en compte des victimes de la violence machiste »… « Depuis lors, 1 029 femmes ont été assassinées en Espagne ».

Aujourd’hui, « le féminisme est devenu un mouvement de référence de la lutte pour les droits civiques dans une large partie du monde », souligne encore El País. Et « l’effervescence » féministe se ressent particulièrement en Espagne, de la mobilisation sans précédent pour le 8 Mars – où les femmes journalistes s’étaient d’ailleurs fortement impliquées – jusqu’aux récentes manifestations contre le verdictdu procès de « la meute ».