Festival de Cannes

La Queer Palm 2018 décernée à «Girl»

L'équipe de rédaction
Commentaires

La Queer Palm 2018 a été décernée vendredi soir à l'unanimité au long métrage Girl du jeune réalisateur belge Lukas Dhont qui raconte l'histoire vraie d'une adolescente née garçon qui rêve de devenir ballerine, ont annoncé vendredi soir les organisateurs.

Créé en 2010, ce prix indépendant récompense un film des sélections cannoises pour son traitement des thématiques altersexuelles (homosexuelles, bisexuelles, transgenres). Le jury 2018 était présidé par le productrice française Sylvie Pialat.

Créée par le critique Franck Finance-Madureira, la Queer Palm est l'équivalent à Cannes des Teddy Awards, prix décernés pendant la Berlinale.

L'an dernier, le film 120 Battements par minutedu Français Robin Campillo, Grand prix du 70e Festival de Cannes, évoquant le combat de l'association Act Up au coeur des années sida, avait été récompensé.

Avec Girl, présenté dans le section Un Certain regard, le cinéaste belge Lukas Dhont, 26 ans, qui signe son premier long métrage, a touché Cannes.

«Ce qui m'intéresse, c'est montrer des personnes qui ne sont pas dans les normes classiques du masculin et du féminin. (...) Le cinéma est un moyen intéressant d'en parler», a confié le réalisateur également récipiendaire de la Caméra d'or, un prix qui récompense chaque année le meilleur premier film des sélections cannoises.

L'autre révélation de Girl est le jeune acteur belge Victor Polster, 16 ans. Pour ses premiers pas au cinéma, il livre une véritable performance en incarnant Lara lancée en même temps dans une éprouvante réassignation sexuelle et l'apprentissage exigeant de la danse classique.

«Girl a emballé le jury. Ce film marque aussi la naissance d'un grand cinéaste avec un traitement si particulier pour son sujet permettant à chacun de s'identifier», a estimé Franck Finance-Madureira.

Le jury 2018 a par ailleurs décerné la Queer Palm du court-métrage à The Orphande la cinéaste brésilienne Carolina Markowicz.