Place au Village

Du sang neuf au conseil d’administration de la SDC du Village

André-Constantin Passiour
Commentaires
Simon Leclerc

Comme on vous en informait dans une de nos récentes chroniques de «Place au Village», Isabelle Corriveau, copropriétaire des bars Palco (à Verdun) et Renard, ainsi que Simon Leclerc, propriétaire de la boutique de vêtements Osez (sur la rue Wolfe), ont rejoint il y a quelques semaines à peine le conseil d’administration de la Société de développement commercial du Village (SDC). De l’aveu même de Denis Brossard, le président de ce conseil, on injecte ici carrément du sang neuf dans les rangs de la SDC.   

Rappelons que, en plus de Simon Leclerc, Isabelle Corriveau et Denis Brossard, le conseil d’administration est formé de Philip Demers (propriétaire du resto Saloon), Mario Goudreau (le gérant du bar Stud), Martin Nadeau (propriétaire du restaurant St-Hubert du Village), Valérie Boisvert (directrice marketing Busac, Place Dupuis), Jean-Philippe Loignon (copropriétaire du café-boutique La Graine Brûlée) et, enfin, Jean-François Morin (représentant de l’Arrondissement de Ville-Marie).
 
Au mois de décembre 2016, le bar Renard voyait le jour dans le Village. Une nouvelle ambiance et un petit quelque chose de différent venait ainsi rallonger la liste des commerces de ce secteur. Marc-Antoine Coulombe et Isabelle Corriveau, après avoir ouvert le Palco un an plus tôt dans Verdun, insufflaient ainsi une dose de renouveau dans un coin qui en avait bien besoin. À quelques pas de là, mine de rien, Simon Leclerc tient le fort depuis maintenant 10 ans avec sa magnifique boutique! Le plus beau, c’est que Simon a débuté à l’âge de 20 ans chez Osez! Faites donc le calcul et vous comprendrez pourquoi Simon et Isabelle apporte une note de fraîcheur au conseil d’administration de la SDC du Village. «Nous sommes très contents qu’il y ait du sang neuf, commente Denis Brossard. Quand on regarde leurs commerces, ceux-ci fonctionnent très bien. Ils ont trouvé chacun leur niche et l’exploitent à merveille. Ils ont une nouvelle vision tout en étant dans la continuité, c’est ce qu’on espère qu’ils vont également apporter au C.A. de la SDC […]»
 
«Je ne m’attendais jamais à être choisie pour faire partie du conseil d’administration (CA) de la SDC du Village. J’étais beaucoup impliquée dans la vie étudiante au cégep de Jonquière et, à la fin, j’étais la présidente de la fédération étudiante. Ça fait dix ans maintenant. Mais oui, pourquoi pas m’impliquer activement dans la SDC du Village. Avec Marc-Antoine, on essaie de voir aussi comment on peut s’impliquer sur Wellington (bar Palco)… C’est très intéressant», avance Isabelle Corriveau. «Je ne pensais pas un jour en devenir membre, dit pour sa part Simon Leclerc. C’est vraiment une belle opportunité de partager la table avec Denis Brossard, Bernard Plante, le directeur général de la SDC, Philip Demers et les autres. Ils ont fait beaucoup pour le Village et ce, depuis des années.»
 
«Ici, le Village a besoin d’amour. Mais on a de l’espoir, avec les tours et les condos qui se construisent aux alentours, cela apportera invariablement du changement», poursuit Isabelle Corriveau. «Je veux amener au C.A. une vision de positivisme et de fierté, reprend le propriétaire de Osez. Il y a bien des choses qui ont été faites dans le secteur avec les Boules Roses, Aires Libres, etc. Mais le Village va encore bouger avec les projets de développement des terrains de Radio-Canada, de l’ancien Complexe Bourbon et, maintenant, de l’ancien cinéma Champlain, au coin de Papi-neau. Des tours d’habitation vont se construire et amener une nouvelle population dans le secteur du Village.» On voit que sur le point de la progression du Village gai de Montréal, ces deux commerçants sont totalement en accord.
 
Isabelle CorriveauEncourager les jeunes commerçants
«Le Village a et aura besoin de plus en plus de commerces pour ceux qui habitent dans le quartier puisque, avec les projets de développement de condos et autres, plus de gens vont donc rester dans le secteur. Où iront-ils magasiner?», s’interroge Isabelle Corriveau. «Quels seront leurs besoins? Il va manquer plein de petits commerces locaux et sympas. Parfois, il y a de jeunes entrepreneurs qui veulent le faire, mais peut-être que pour eux c’est plus compliqué ou trop cher dans un quartier comme le Village, ou du moins ils en ont l’impression. On peut peut-être collaborer avec le SAJE Montréal [démarrage d’entreprises] pour aider de jeunes commerçants à s’établir? Je ne sais pas… Il y a sûrement des choses à faire avec le CA. C’est à explorer…»
 
«La SDC du Village est une des SDC qui a le plus réussi à aller chercher des commanditaires et des subventions pour les Boules Roses, la Galerie blanc, etc. Il y a des gens qui ont mis beaucoup d’énergies à la SDC pour développer de tels projets. Il faut mettre maintenant cette expertise à profit pour continuer. Il y aura des choses à faire pour développer le côté commercial avec ceux qui viendront habiter dans le coin et leur offrir ce dont ils ont besoin», renchérit Simon Leclerc.
 
On le voit bien, ces deux jeu-nes commerçants sont plus que sur la même longueur d’ondes, comme on dit. Essayer d’attirer de jeunes entrepreneurs indépendants semble donc le leitmotiv de cette génération qui voit à plus long terme. «Il nous faut trouver une façon, également, de promouvoir la vie de quartier», commente la copropriétaire des bars Renard et Palco et qui a travaillé durant plusieurs années au Drugstore, avec Marc-Antoine Coulombe.
 
«Je suis maintenant dans le Village depuis 12 ans, j’ai donc de l’expérience en tant que commerçant. Pour moi, faire partie du C.A. de la SDC du Village est une belle opportunité d’y amener cette expérience et de la partager avec les autres. J’ai très hâte de vraiment commencer», souligne Simon Leclerc. «J’ai hâte de voir le mandat qu’on va me confier, mais en tant que jeune entrepreneure, je pourrai aussi amener de nouvelles idées. Je connais bien aussi JP [Jean-Philippe Loignon, de la Graine Brûlée], donc ce sera très intéressant de travailler avec tout le monde…», ajoute en terminant Isabelle Corriveau.