France

Le secrétaire d'État Français Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out

L'agence AFP
Commentaires

A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique a publié un message sur Twitter dans lequel il fait son coming out officiel même si son homosexualité était déjà connue.

Même s'il avait déjà publié une photo avec son compagnon après s'être pacsé il y a trois ans, Mounir Mahjoubi n'avait pas évoqué explicitement son homosexualité.

Il l'a fait jeudi à l'occasion de la Journée de lutte contre l'homophobie, et a répondu dans la foulée à une longue interview sur franceinfo.

Le député En marche ! du 19e arrondissement de Paris explique: "Ce qui était important, c'était de parler du sujet : hier, c'était la journée de lutte contre l'homophobie. Il fallait rappeler les conséquences de l'homophobie dans le quotidien, notamment des plus jeunes. Et elle a aussi eu des conséquences pour moi. Nous sommes en 2018, je vis ma vie, même publique, de manière tranquille. Mais si, ce jour-là, je pouvais passer le message en le renforçant par mon expérience personnelle, je pense qu'il fallait le faire. (...) Je le vis assez sereinement, je n'en ai jamais fait un sujet, mais si cela peut aider à lutter contre l'homophobie, je le fais".

SOS Homophobie a ainsi salué une "déclaration courageuse et forte" de la part de Mounir Mahjoubi.

"La lutte contre les LGBTphobies appelle la mobilisation de toutes et de tous, notamment de figures publiques visibles. Le coming out du secrétaire d'Etat est un acte fort et important. Il contribue à la visibilité des personnes LGBT dans la société et constitue un exemple positif pour tous les jeunes homo, bi et trans de ce pays", peut-on lire sur le compte Twitter de l'association.

Toutefois, le ministre n'entend pas spécialement inciter les personnes publiques LGBT à faire leur coming out. "Chacun doit faire cette démarche lorsqu'il est prêt à la faire. Chacun a son histoire, sa culture, sa famille... Nous n'avons pas à imposer à la transparence à qui que ce soit", estime-t-il.