Olivier Godin, pianiste accompagnateur

Un clavier arc-en-ciel

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
 pianiste accompagnateur

Pianiste réputé, Olivier Godin accompagnera quelques-uns des candidats de la 7e édition du volet chant du Concours musical international de Montréal (CMIM) du 27 mai au 7 juin.

Fondé en 2002, le CMIM comporte trois disciplines (chant, violon, piano) qui s’alternent sur un cycle de trois ans. Du 27 mai au 7 juin, ce 17e CMIM présentera donc la 7e édition consacrée au chant et accueillera 38 chanteurs venus de 22 pays autour du monde. Comme un tel voyage représente tout un investissement pour certains candidats éloignés, le CMIM met à leur disposition un pianiste accompagnateur lors de leurs prestations. Cette honorable tâche incombe à un membre de notre communauté en la personne d’Olivier Godin.
 
Nommé professeur au Conservatoire de musique de Montréal à l’âge de 25 ans, il en dirige l’atelier d’opéra. «J’interviens également en tant que coach vocal des jeunes chanteurs de l’Université McGill et parfois à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal», ajoute Olivier, qu’on peut aussi entendre à l’orgue de la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde à Montréal, où il assiste la titulaire Hélène Dugal.
 
«Chaque candidat doit élaborer son programme afin de montrer ses forces et son talent», explique le pianiste. «Au total, ce sont une dizaine d’œuvres à choisir lors des différentes éliminatoires, soit une prestation d’une vingtaine de minutes environ à chaque concert, qui mêlera les textes, les langues, les styles, les tessiture,s les époques, etc.»
 
Préparer la mise en place
«Trois ou quatre semaines auparavant, l’administration du concours m’envoie le répertoire du candidat en précisant les tonalités, le tempo, etc. Au préalable, nous communiquerons via Skype - en anglais avec quasiment tous les candidats - pour tout préparer avant la répétition de mise en place», relate Olivier. «Quelques jours après leur arrivée, le temps de se remettre du décalage horaire, je rencontre les candidats que j’accompagne pendant une heure ou deux de répétition pour chaque épreuve éliminatoire.»
 
«En général, un accompagnateur connait bien la plupart des pièces du répertoire pour ce type de concours», commente-il. «On comprendra le trac de ces jeunes interprètes dans de telles conditions de compétition. L’accompa-gnateur est surtout là pour s’assurer que tout se passe bien pour le candidat dans les meilleures conditions.»
 
«Même si je travaille parfois avec des candidats venant de cultures et de pays où l’homosexualité n’est pas acceptée, je peux attester que je n’ai jamais été pénalisé par mon orientation sexuelle dans le milieu artistique», affirme le pianiste de 39 ans qui confie que «ce n’est plus le cas, mais j’ai même été marié pendant des années avec mon conjoint…»
 
Un compagnon de route sensible
La compétition 2018 comportera deux volets, Aria et Mélodie. Lors de cette édition, Olivier accompagnerait deux solistes du volet Mélodie. «Spécialiste de ce type de prestation, elle a aussi ma préférence quant au travail que cette approche musicale exige», explique le pianiste. Le défi de ce travail d’accompagnateur demande une grande adaptabilité. «On apprend à respirer avec les chanteurs pour comprendre le rapport de l’interprète avec l’œuvre choisie. Certains la portent à fleur de peau, et il faut adapter sa sensibilité artistique à la façon dont chaque personne ressent la musique. Cela me demande une réelle ouverture d’esprit, une disponibilité à recevoir…»
 
«J’ai parfois l’impression de faire deux métiers, car, même si je suis pia-niste, être accompagnateur, c’est presque jouer d’un autre instrument», pense Olivier Godin. «Quand on est soliste, on n’a pas la même écoute de l’autre. Jouer en solo me passionne, mais j’ai toujours eu le goût de partager la musique sur scène.»
 
Originaire de Montréal, Olivier Godin poursuit une carrière internationale de pianiste et chambriste, et se produit avec nombre d’artistes lyriques et musiciens. Il a par ailleurs enregistré une vingtaine de disques, fréquemment récompensés, dont une intégrale des œuvres pour deux pianos de Rachmaninov, et plusieurs disques consacrés aux œuvres de compositeurs français méconnus.