Du 27 juin au 1er juillet

Nicolas Nabonne invité de Mtl en Arts

André-Constantin Passiour
Commentaires
Nicolas Narbonne

Si vous suivez le milieu des arts visuels, peut-être avez-vous remarqué une œuvre en particulier de cet artiste? Clin d’œil à la fois au 375e de Montréal et à ses interminables travaux routiers, le «cône orange» est devenu le symbole de l’exaspération des Montréalais et de tous ceux qui empruntent le réseau routier de la métropole. Ledit cône orange, peut-être ne le savez-vous pas, est devenu également un objet de souvenir pour les touristes en miniature, bien sûr. Toujours est-il que l’artiste en question va façonner une œuvre en renversant ce cône à la manière d’un cornet de crème glacée, avec une boule de goudron sur le dessus! Qui en est le créateur? Nul autre que Nicolas Nabonne, ga-gnant du «Grand Prix» de Mtl en Arts 2017, qui sera l’invité spécial de la 19e édition du festival qui se tient du 27 juin au 1er juillet.

Nicolas NarbonneIl s’est mérité le Grand Prix du festival Mtl en Arts l’an dernier, avec son assemblage de cône orange et de goudron appelé Bonne Fête Montréal. Nicolas Nabonne a été choisi parmi plus de 120 artistes exposants… Mais ce n’est pas tout, Nicolas Nabonne avait aussi reçu le «Prix de la meilleure oeuvre», à l’édition 2016 de ce même festival, sa création s’intitulait «Bet’on» (Victoire sur l’homophobie).
 
«C’est cool ce prix, je ne m’y attendais pas vraiment étant donné que j’en avais remporté un l’année précédente. Ce festival est un bon tremplin pour les artistes. L’ambiance est belle, c’est sympa et c’est encourageant pour un artiste comme moi. L’organisation fait aussi du bon travail. Ça dépend toujours des attentes de tous et chacun, mais pour moi qui sortait de l’université, c’était une bonne visibilité», commente Nicolas Nabonne, 32 ans, qui détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM (2011) ainsi qu’un certificat en arts plastiques (de la même institution).
 
Suite au « Prix de la meilleur oeuvre » de Mtl en Arts de 2016, Nabonne était l’artiste invité de la Galerie d’art contemporain C.O.A. (pour Créateurs d’œuvres atypiques), à Montréal, depuis 2016.
 
Nicolas NarbonneMais d’où est donc venue l’idée du cône orange? «L’environnement, l’écologie, etc. sont importants pour moi. À travers ma peinture et ma sculpture, il y a tout un questionnement sur l’environnement. […] C’est un clin d’œil au 375e anniversaire de la ville, mais cela vient parler des éternels travaux. […] C’est toujours le lien avec l’environnement et la fragmentation des écosystèmes comme le fait, par exemple, de vouloir construire une route», indique Nicolas Nabonne. L’artiste a d’ailleurs toute une anecdote à partager avec le public de l’expo à propos de cette installation lors des travaux sur la rue Notre-Dame Ouest, dans Saint-Henri, alors que les gars de la construction ont d’abord abimé puis essayé de réparer l’œuvre en question… Cette exposition était une colla-boration avec la SDC Les Quartiers du Canal.
 
Il a aussi créé une exposition itinérante, Un dernier baiser pour la route..., qu’il présente à la Maison du développement durable, à la Galerie Art neuf (Centre culturel du parc Lafontaine) ainsi qu’au Théâtre Rialto, c’était en 2017. «Un dernier baiser pour la route…» met en scène des dépouilles animales frappées par des voitures ou dont le milieu de vie a été perturbé par l’activité humaine. L’artiste prête attention à ces victimes en réinterprétant avec une touche d’humour la collision entre l’Homme et la bête sauvage… Cette exposition sera présentée du 12 juillet au 30 août au Centre culturel Georges P. Vanier, à Châteaugay, puis du 15 janvier au 7 mars 2019, au Hall des Arts de l’hôtel de ville de Brossard, ensuite du 15 mai au 7 juillet 2019, à la Bibliothèque de Saint-Léonard, Galerie Port Maurice.
 
On retrouvera donc Nicolas Nabonne à Mtl en Arts, à l’espace galerie, en face du Cabaret Mado. Et qu’est-ce qu’on y retrouvera? «Des cartes postales des expositions précédentes et une nouvelle collection intégrant des éléments humoristiques. Peut-être un objet récupéré dont l’utilité aura été détournée… », dit l’artiste.
 
MTL EN ARTS, dans le Village sur les rues Sainte-Catherine Est et Amherst