Télé et web télé

Une petite tournée LGBT du web

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
brothers

La saison chaude approche à grands pas et plusieurs émissions télé prennent leur pause estivale. Mais un endroit où les saisons ne limitent pas les diffusions s’avère être le net. En effet, vous pouvez regarder vos web-émissions en tout temps, en tout lieu, pourvu que vous portiez votre ordinateur avec vous. Et pour les LGBTQ+, le net offre une panoplie d’émissions dignes d’intérêt. D’ailleurs, certains sujets ou thèmes très pointus ne pourraient être présentés sur les ondes de la télé, considérant un public limité. Quand on sait que seules les cotes d’écoute mènent la télévision, le web regorge d’émissions et de capsules qui s’adressent à un public cible..

Au Québec, nous ne sommes pas en manque. Depuis des années déjà, on produit d’excellentes séries sur le web. Je pense, par exemple, à Coming-Out. Cette web-série, qui raconte l’histoire d’un groupe de lesbiennes et de gais, a tellement connu de succès, qu’Out TV a rassemblé tous les épisodes pour en faire un film présenté sur ses ondes. Idem, pour la suite (Coming-Out 2). Typiquement québécoise et urbaine, cette série vaut le détour. On y aborde divers sujets touchant les LGBTQ, par exemple, la peur de faire son coming-out, l’homophobie, le sida, l’homoparentalité, la prostitution, la communauté, la toxicomanie, l’infidélité, le fait que les jeunes gais sont rejetés par leur famille, l’amour, la peur, etc. Du côté des lesbiennes, Chloé Robichaud nous a offert Féminin/Féminin, racontant la vie d’un groupe de femmes. Ici encore, on retrouve une vie typiquement montréalaise. Les femmes sont séduisantes à souhait et on s’identifie rapidement à un personnage ou un autre. Tout comme Coming-Out, les épisodes ont été présentés à la télé (ARTV) et ont bénéficié une diffusion grand public.
 
Je vous ai parlé l’automne dernier, de la série Trop, qui était diffusée sur les ondes de SRC. On suivait les aventures d’une jeune femme atteinte de bipolarité (maniaco-dépressive). La suite est fort attendue par les auditeurs. Mais pour les internautes pas d’attente nécessaire puisque la deuxième saison est déjà présentée sur le site de Tout.tv. Vous pourrez donc savoir avant le public télé ce qui adviendra de ce groupe d’amis, qui entoure le personnage principal. Comme je vous l’avais déjà souligné, les acteurs et actrices de cette série sont vraiment tous sexy à souhait. Une touche encore plus homoérotique (encore plus que la scène de baise à trois, deux hommes et une femme, qu’on a vue dans la première saison) se présentera durant la saison 2.
 
Certaines séries sur le web s’adressent à un public plus restreint. Par exemple, si vous aimez les «Bears», la série qui vous passionnera s’intitule Where the bears are. Mélange de styles, cette série propose un hybride entre une série de meurtres et mystères et une comédie, avec une saveur gaie et sexy. Chaque saison nous présente une aventure différente. Le groupe d’ours se retrouve toujours avec un meurtre ou un crime à résoudre. Au début, le succès a été limité, mais rapidement, on a eu droit à un public fidèle et maintenant, des vedettes font la ligne pour participer à la série. Par exemple, on pense ici à Margaret Cho, la comédienne coréenne fort connue dans le milieu LGBTQ ou encore Tuc Watkins (connu pour ses rôles d’homme gai dans diverses séries et films), Perez Hilton, le grand potineur américain ou encore le militant trans, Chaz Bono (fils de Cher). Six saisons, donc six crimes doivent être résolus. La septième saison arrive à grands pas sur le net. Vous allez vous délecter en vous retrouvant devant ces hommes, gais, virils et poilus. Chaque série se visionne de manière indépendante, mais je vous recommande tout de même de les regarder dans l’ordre chronologique.
 
Brothers
 
Dans un tout autre cadre d’idée, Brothers nous raconte la vie d’un groupe d’hommes trans. Plusieurs facettes méconnues de la vie de ces hommes, nés femmes, sont abordées directement et sans pudeur. Un homme, par exemple, tente de récolter suffisamment d’argent pour financer ses chirurgies de réassignation sexuelle, ce qui inclut une double mastectomie (ablation des seins) et une phalloplastie (construction d’un pénis). Bien que déterminé à vivre sa vie en homme, un autre trans veut quand même avoir des enfants qui soient les siens biologiquement. Il se rend dans une clinique de fertilité pour qu’on prélève ses ovules pour une grossesse ultérieure. Tout le questionnement et le cheminement de ces hommes nous est dévoilé avec une grande ouverture et un grand respect. L’orientation sexuelle post-chirurgie se vit différemment pour ces hommes. Certains se déclarent hétérosexuels et donc recherchent une vie sexuelle avec des femmes. Pour d’autres, l’homosexualité se veut l’option idéale. Comment un homme trans peut-il vivre avec un homme cisgenre (un homme né homme et qui s’identifie à ce sexe)? Comment sont traités les trans par le milieu médical? Cette web-série qui en est maintenant à sa deuxième saison aborde non seulement des aspects personnels, mais aussi des pans de la vie sociale et publique des hommes trans. Comment se présenter en société en tant qu’homme lorsqu’on est né une femme? On constate rapidement que ce n’est vraiment pas une question d’apparence physique ou de chirurgie. Tout l’aspect psycho-social est transformé. Tant la transphobie que l’homophobie peut affecter ces individus. Et que dire de ces personnes qui n’ont pas encore débuté leur transition? Une bonne dose de courage est nécessaire. Donc, je vous recommande fortement cette série. Les personnages sont touchants et s’offrent librement comme des modèles pour les jeunes trans en quête d’identité.
 
Babes, une autre série du web qui traite des hommes trans. Contrairement aux séries américaines qui nous présentent souvent des trans qui vivent dans des grands centres urbains, comme New York, San Francisco ou Los Angeles, ici, nous sommes au Nouveau-Brunswick. Nous suivons les traces d’A.J., un homme trans qui doit survivre aux préjugés d’un milieu conservateur. Pourtant, on ne tombe pas dans le pathos. A.J. sait exactement ce qu’il attend de la vie et de son environnement. Très bien monté et réalisé.
 
Ensuite, vient la série Strangers, qui raconte l’histoire d’une femme bisexuelle, Isobel, qui loue une pièce de son logement à des touristes. On s’attend donc à voir des gens aller et venir dans sa maison. Isobel fait alors de nombreuses rencontres, surtout avec des femmes. Les lesbiennes vont adorer cette série web!
 
CarmillaCarmilla s’offre à vous comme un bon choix de série de science-fiction. Cette émission du web raconte un genre de Twilight. En effet, des vampires et autres morts-vivants peuplent la vie d’un couple de lesbiennes, Laura et Carmilla. Un peu comme Coming-Out dont je vous parlais en début de chronique, les épisodes ont été rassemblés pour créer un film. Les filles sont très sexy et il y a plusieurs rebondissements inattendus. Un beau mélange de styles qui vous séduira.
 
Du côté européen, nous ne sommes pas en reste. Le fantôme de mon ex raconte l’histoire de Tony et Vincent, un couple gai vivant à Paris. Le couple vit divers événements et on les suit pendant une dizaine d’épisodes. Le seul hic, c’est vraiment trop court. En effet, les épisodes sont tous de moins de cinq minutes. Donc, un total de moins d’une heure. Pourtant, nous avons, ici, le potentiel pour en faire beaucoup plus, car c’est vraiment très intéressant et bien fait.
 
Finalement, à voir pour découvrir le travail sur le net d’un artiste montréalais d’origine américaine et ouvertement gai. Vincent-Louis Apruzzese nous présente des films d’animation incroyables. Rendez-vous sur le site de Behemoth Media et découvrez un monde magique d’animation 2D et 3D. Un simple clic et vous vous retrouverez dans un univers éclaté tout droit sorti de l’imagination d’Apruzzese. De la pure magie! Par exemple, des animaux qui récitent de la poésie à la Shakespeare. Mais le travail d’Apruzzese ne se limite pas aux courts métrages d’animation. Il réalise aussi des documentaires. Je vous recommande en particulier celui qui traite du Village gai de Montréal et celui sur le Parc de l’Espoir, dédié aux victimes du sida. Je pense qu’Aires Libres pourrait facilement utiliser ces images pour faire la promotion du quartier gai. N’hésitez pas à vous rendre sur son site pour plonger dans le monde festif et coloré de cet artiste. Vous serez agréablement surpris, pour ne pas dire séduit.
 
Dans un tout autre ordre d’idée, Netflix va réaliser une mini-série basée sur les romans d’Armistead Maupin. Tales of the City se concentrera sur le retour de Mary Ann Singleton à San Francisco. Laura Linney et Olympia Dukakis (Anna Madrigal) ont déjà confirmé leur présence pour les 10 épisodes qui seront produits. Hourra! Ellen Page, la comédienne ouvertement lesbienne, tiendra le rôle de Shawna, la fille adoptive de Mary Ann et Brian. Les nombreux personnages LGBTQ qui peuplent l’univers de Maupin vous séduiront. J’ai vraiment trop hâte!
 
Comme vous pouvez le constater, le web regorge d’images positives pour la communauté LGBTQ+. Il suffit d’un peu de recherche et vos intérêts parti-culiers vous apparaitront comme par magie. Amusez-vous bien sur le net! Avec l’explosion du web, on peut s’attendre à ce que l’offre continue d’augmenter au cours des prochaines années et c’est tant mieux pour nous!