Une auto...

Sportive ou cabriolet?

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Golf

L’été n’aura jamais été autant attendu. Pour beaucoup, le rêve de s’amuser au volant sur des routes enfin sèches, même en slalomant entre les nids de poule, porte leur choix vers une auto sportive et/ou cabriolet.

On pense vitesse, on pense grand air, on pense liberté. Mais voilà, l’achat d’une sportive, ou d’un cabriolet, relève avant tout d’une passion raisonnée à moins d’avoir les moyens de se payer une seconde voire une troisième voiture. Bien entendu, on sait que dans ces modèles l’espace est compté pour les bagages et que nos amis doivent ne pas être très grands et être des contorsionnistes diplômés d’une école de cirque pour apprécier les sièges symboliques à l’arrière. Enfin, si on apprécie le jouet estival, on se demande comment il se comportera une fois la bise d’automne venue et surtout à partir des premières neiges. Tranchons tout net, le jouet ne se comportera ni mieux, ni moins bien qu’une berline conventionnelle par grand froid. Attention toutefois, pour améliorer le comportement sportif, beaucoup de ces véhicules sportifs sont des propulsions, moins à l’aise sur la neige et la glace que des tractions avant. Mais cela ne doit pas casser votre plaisir. Et puis, en déboursant un peu plus, on peut trouver sur le marché une sportive à quatre roues motrices; la quadrature du cercle en somme. 
 
Volkswagen Golf GTI et R
Les Golf GTI et R continuent d’en faire rêver plus d’un. Dès sa naissance, bien avant celle de la plupart des lectrices et des lecteurs de Fugues, la Golf GTI, suivie ultérieurement de la R, ont gagné leur médaille de reines de la route offrant à tout conducteur et à toute conductrice le plaisir dans un maximum de confort et de sécurité. Et puis, ce sont de véritables 4 places, ce qui permet à trois passagers au moins d’apprécier votre conduite et les frissons que vous leur infligerez. Même si la Golf se décline en version plus civilisée, ce sont ces deux sigles magiques GTI et R qui la maintiennent sur les premières marches du podium. Quelles sont les différences entre ces deux machines? Disons que la R est un peu plus musclée que la GTI. Celle-ci bénéficie de 220 chevaux en cavalerie alors que la R en a 72 supplémentaires, et d’un rouage intégral. Laquelle choisir sachant qu’en termes de plaisir, de sécurité, de qua-lité de fabrication, les deux modèles se valent. D’autant que si la R est la plus chère des deux, elle est aussi la mieux équipée puisqu’il n’existe qu’un seul modèle et d’une seule option, un ensemble technologique avec entre autres un écran plus grand. La GTI est plus abordable mais si l’on regarde la liste des options pour égaler la R en matière d’équipement divers, la différence de prix diminue drastiquement. En fait, en raison de nos hivers, la R semble la plus indiquée.
 
Beetle cabriolet. Difficile pour les véhicules néo-nostalgiques de résister au temps. La New Beetle qui avait cartonné lors de sa sortie, est devenue avec le temps un sympathique clin d’œil à un passé lointain. La New Beetle se découvre toujours pour offrir un cabriolet avec 4 vraies places. Son moteur a connu l’année dernière un regain de puissance. Les autres changements sont mineurs. Enfin, si l’on préfère un cabriolet pour de longues promenades de découverte plutôt que de jouer les Lewis Hamilton sur les petites routes de campagne, sachez que la New Beetle décapotable est l’une des plus abordables de sa catégorie, pour un peu plus de 25000$.
 
Lexus 
Depuis sa création, Lexus joue sur les mêmes pistes que les constructeurs allemands. Si, pour la qualité, le luxe et le plaisir de conduire, le constructeur japo-nais est proche de la pole position, il devait sortir ses modèles coupés et cabriolets de la niche d’autos grand tourisme pour atteindre celle des sportives. Ce qui est fait avec les coupés RC et LC. Les premiers sont équipés d’un V6 de 255 chevaux, et pour plus de puissance, une version sportive a vu le jour. Baptisée RC-F, elle est équipée d’un V8 de 471 chevaux, d’une boîte automatique à 8 rapports et d’un aileron rétractable. Et si l’on peut débourser un peu plus de 100000$, on peut se tourner vers le coupé Lexus LC 500, un véritable petit la-boratoire technologique pour des heures de plaisir sur route. Le LC est remarquablement bien dessiné, une sculpture sur roues, équipé du même V8 que le RC-F. Celles et ceux dont la fibre écologique ne cesse de vibrer, sachez qu’il existe un LC 500H  équipé de deux petits moteurs électriques pour une économie d’énergie à la pompe sans que les performances ne soient nullement affectées par cette double motorisation. 
 
Du côté de Ford 
Adieu Fusion, Fiesta, Focus, C-Max et autres Taurus. Ford a décidé de ne plus produire de voitures, entendre de petites et grandes berlines, en Amérique du Nord. Les VUS, de toutes tailles, et les camionnettes l’ont emporté. On estime qu’ils constituent plus de 75% du marché américain. Seule la Mustang continuera sa carrière, les symboles disparaissent plus difficilement. Mais d’autres constructeurs se poseraient la même question, comme GM qui ne conserveraient que ses modèles électriques originaux, comme la Bolt et la Volt; et Fiat-Chrysler qui miserait dorénavant sur sa marque Jeep, la seule rentable aujourd’hui. 
 

Ford Mustang