SL assurances

Une assurance vie pour personnes atteintes du VIH et autres maladies refusées par les assureurs

Daniel Rolland
Commentaires
signature

Vous êtes porteur du VIH ou d’une autre maladie incurable et tentez d’obtenir une assurance-vie ? La très grande majorité des assureurs tenteront tout juste d’êtres polis, mais vous fermeront diplomatiquement la porte au nez. Il y a une solution...

L’adage qui dit que tout problème à sa solution s’avère vrai. Et il s’incarne à travers Sylvie Lefebvre de SL assurances, conseillère en sécurité financière, certifiée par l’Autorité des marchés financiers qui offre une panoplie de produits pour tout le monde, mais en offre un qui est adapté spécifiquement aux personnes atteintes du VIH ou aux autres maladies comme le diabète ou le cancer. 
 
On compte sur les doigts d’une demie main les compagnies d’assurances qui se sont investies dans ce secteur que d’autres considèrent comme trop risqué. «J’ai une compagnie qui a compris les grands besoins de cette clientèle. Chez nous ce n’est pas compliqué, ça se passe en deux étapes. La première par téléphone, où je pose environ six questions et ça s’arrête là. Ensuite il ya une rencontre pour signer les documents, et en général en trois semaines c’est réglé».
 
Une question d’humanité
Sylvie a une qualité rare dans son domaine, c’est une communicatrice hors pair. «J’ai fait des études en relations publiques, ça aide dans mon travail quand vient le temps d’expliquer les avantages de notre police d’assurance.» Une objection légitime se pose quand on est célibataire et sans enfants, à quoi bon s’assurer ? Elle nous rappelle certaines réalités « C’est compliqué de gérer une succession même si on croit que nous n’avons pas de biens, les impôts, les frais funéraires, les dernières factures à payer (loyer, carte de crédit. Ensuite il faut que le liquidateur dispose d’argent liquide pour gérer la succession ». En plus il faut que quelqu’un voit à fermer le compte bancaire, voir un comptable pour préparer le dernier rapport d’impôt (car même mort on doit encore au fisc). Puis s’il n’y a pas eu de testament, on doit tout de même voir un notaire pour faire la recherche testamentaire au préa-lable, car les banques ne laisseront pas toucher au compte sans garantie.  Et s’il n’y a pas de conjoint, il faut payer les impôts sur les REER.  Bref, autant d’éléments qui plaident en faveur de bien planifier pour ne pas rendre la vie difficile à ceux qui prépareront les dossiers à clôturer. « Au minimum, une personne avisée doit penser à un 5 à 6 mille dollars à mettre quelque part. Et le montant déterminé de l’assurance-vie est fait au cas par cas, selon les besoins réels de l’assuré», précise la conseillère. Dans le cas des cancers, avec le produit proposé, ça ne pose pas de problèmes pour les personnes qui sont en rémission depuis au moins trois ans. Cette police d’assurance fait merveille aussi pour les non-voyants et les personnes  légèrement atteintes par l’Alzheimer. Et la spécialiste de rappeler que lorsque vous achetez une propriété, dans le cas des assurances hypothécaires proposées par les institutions financières, elles coûtent la peau des fesses. Vaut mieux prendre une assu-rance-vie hypothécaire, toute une différence, émise par une compagnie d’assurance et qui est infiniment plus économique. Alors vous verrez l’avantage si vous avez le VIH et que vous comptez acheter un ou deux immeubles, voire un condo. La finance a subi l’ablation du cœur, mais celui de Sylvie Lefebvre est encore tout chaud qui a trouvé l’outil parfait pour vous simplifier l’existence. 
 
SL assurances. (514) 943 4717  ou (819) 981 1575