Plan de développement économique de la FCCQ

Accélérer le rythme afin d’assurer une richesse durable

Collaboration Spéciale
Commentaires
Business

La Chambre de commerce LGBT fait partie d’un grand réseau qui regroupe les 150 chambres du Québec. En plus d’offrir des services aux chambres locales, notre fédération publie régulièrement des études et des documents d’orientation économique.

Il y a quelques semaines, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rendait public son Plan de développement économique pour le Québec, une analyse approfondie de l’état de notre économie. Le document propose également une stratégie en six points pour accélérer la croissance économique du territoire. Le constat est simple : Plus que jamais, les occasions sont nombreuses pour les entreprises qui sont néanmoins confrontées à des défis sans précédent. 
 
«?Les progrès du Québec sont manifestes : rebond du PIB, taux de chômage à un creux historique, taux d’emploi dépassant celui du Canada. Pourtant, nous disposons encore d’un immense potentiel inexploité?», a souligné le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget. «?Nous sommes une société développée dont la croissance n’est pas à la hauteur de notre immense potentiel. Si le Québec a pu avoir des excuses dans le passé, nous n’en avons plus.?» 
 
Six clés pour une richesse durable
Le rapport propose 35 recommandations reposant sur les six clés d’une richesse durable au Québec, soit l’offre de main-d’œuvre, l’offre de capital, l’intensité technologique, les infrastructures, la transition énergétique, de même que le climat réglementaire et entrepreneurial. 
 
Le Plan de la FCCQ propose une stratégie d’intervention ciblée pour les cinq prochaines années. Il fait état de quatre changements qui menacent la croissance économique du Québec : le vieillissement de la population, l’émergence de technologies qui bouleversent la consommation, la production et les modèles économiques, les changements climatiques et la nécessité de les gérer et enfin, le sursaut de protectionnisme et la concurrence fiscale américaine. Tous des éléments qui ont un impact direct sur la capacité des entreprises de la région à propulser leur croissance.
 
Et la diversité dans tout cela?? 
Le document de la FCCQ n’en fait pas mention et on peut le regretter. Pourtant, nous savons à quel point une gestion proactive et intelligente de celle-ci est aussi une clé du succès pour les entreprises. 
 
La pénurie et la rétention de la main-d’œuvre sont au cœur des grands défis des entreprises du Québec. Cela, le document de la FCCQ l’aborde de front. De l’importance de l’accueil et de la gestion de la diversité toutefois, on ne fait pas mention. Or, être accueillant envers les membres de la communauté LGBTQ est une décision qui est avantageuse économiquement. Les employés LGBT — comme tous ceux qui sont différents de la majorité d’ailleurs — qui ne se sentent pas acceptés sont souvent moins performants. Pire encore, il y a de bonnes chances qu’à la première occasion, cette personne quitte pour un milieu de travail plus ouvert et accueillant. Dans un contexte où les employeurs rivalisent d’imagination pour conserver leur personnel, la gestion de la diversité devrait apparaitre comme un avantage comparatif certain. 
 
Une étude menée par le Williams Institute (2014) de l’Université de Californie est d’ailleurs fort éclairante sur le sujet. On y établit une relation forte et directe entre le développement économique et l’inclusion des minorités en milieu de travail. Il est facile d’imaginer qu’un employé victime de harcèlement, de discrimination ou d’exclusion, aura tendance à s’éloigner du marché du travail et à ne pas contribuer à son plein potentiel à la croissance économique. «?Au niveau microéconomique, le coût pour la société de ce genre de traitements (discriminatoires) comprend du temps de travail perdu, un recul de la productivité, un sous-investissement dans le capital humain et une dotation en matière de ressources humaines inefficace?», relève l’étude américaine. 
 
On a encore du travail à faire?!
La FCCQ et les chambres de commerce du Québec sont, à l’image du Québec, ouvertes à la diversité. Son président-directeur général, Stéphane Forget, l’a d’ailleurs précisé dans une déclaration. «?La diversité sous toutes ses formes est un atout pour les entreprises. On le sait, un employé qui se sent accepté dans son milieu de travail est plus heureux. Bien accueillir ces personnes différentes, et de bien les intégrer dans l’entreprise et surtout, combattre les stéréotypes et les préjugés, ça en vaut la peine», a-t-il tenu à préciser.
 
Toutefois, l’absence de cet enjeu de gestion ouverte de la diversité (sous toutes ses formes) comme un avantage concurrentiel important des entreprises québécoises montre que notre travail de sensibilisation est loin d’être terminé. Il nous reste bien des chefs d’entreprise à convaincre pour qu’ils s’ouvrent encore davantage à la différence.
 
Des changements accélérés s’opèrent dans le monde et nous devons les saisir avec énergie et réalisme. La gestion de la diversité en entreprise, non pas dans un esprit régalien, mais dans une perspective de développement économique, fait partie de ces changements. Aux entreprises du Québec de sauter à pieds joints sur cette opportunité. 

Bruno Serge Boucher
Le rapport complet, un sommaire du Plan et des capsules vidéo explicatives sont disponibles au www.accelererlerythme.ca